DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Fillon se dit victime d'un "assassinat politique", mais reste candidat


France

Fillon se dit victime d'un "assassinat politique", mais reste candidat

François Fillon maintient sa candidature à l‘élection présidentielle, en dépit d’une éventuelle mise en examen. Le candidat Les Républicains a balayé toutes les rumeurs relatives à un retrait. Des spéculations qui ont circulé durant la matinée.

Au départ, il y a eu un communiqué indiquant que l’ancien Premier ministre reportait sa visite au salon de l’Agriculture.

Puis la convocation d’un point presse à la mi-journée à son siège de campagne dans le XVème arrondissement de Paris.
Entre-temps, M. Fillon s’est entretenu avec Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et plusieurs cadres du parti, alimentant chez certains, les rumeurs sur un éventuel “plan B”.

Durant son intervention, le candidat Les Républicains a martelé qu’il sera bien candidat à la présidence de la République (la date limite du dépôt des candidatures est prévue le 17 mars).

Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas. J’irai jusqu’au bout parce qu’au-delà de ma personne, c’est la démocratie qui est défiée. Je vous demande de me suivre. Ce n’est pas de moi qu’il s’agit, de mes droits ou de la présomption d’innocence. C’est de vous.
François Fillon, candidat Les Républicains

Les suites de l’affaire d’emploi présumé fictif de Penelope

Depuis plusieurs semaines, François Fillon, 62 ans, est empêtré dans une affaire d’emploi présumé fictif de son épouse Penelope comme collaboratrice parlementaire. Le scandale a été révélé par l’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné.
Lors de son intervention devant les médias, l’ancien Premier ministre a annoncé qu’il serait convoqué le 15 mars par les juges d’instruction afin d‘être mis en examen, une convocation à laquelle il se rendra, tout en dénonçant une “enquête à charge“.

A moins de deux mois du premier tour de l‘élection, François Fillon se dit victime d’un “assassinat politique“.
Mais, assure-t-il, “je serai au rendez-vous de la démocratie“.

D’après les derniers sondages, le candidat Les Républicains est en troisième position avec 20-21% des intentions de vote au premier tour. Marine Le Pen (Front national) est toujours en tête (25-26%) devant Emmanuel Macron (En Marche!) (24%).