DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mobile World Congress : tous à l'assaut de Samsung


Sci-tech

Mobile World Congress : tous à l'assaut de Samsung

En partenariat avec

Le Mobile World Congress (Congrès Mondial de la Téléphonie mobile) se tient jusqu’au 2 mars à Barcelone. 2200 entreprises ont déferlé dans les couloirs du salon pour présenter leur nouveautés à des fabricants de smartphones bien décidés à profiter du vide laissé par Samsung, toujours empêtré dans le scandale de son Galaxy Note 7.

Le Chinois Huawei semble être le mieux placé pour ravir au Sud-coréen la place de numéro deux de la téléphonie mobile après Apple mais doit faire face à la bonne dynamique de ses compatriotes Xiaomi, Vivo, Oppo et Gionee.

Comme BlackBerry, Nokia surfe sur la vague rétro avec la nouvelle version de son indestructible 3310. Un aveu de faiblesse pour certains analystes.

Cela m‘étonnerait que les gens l’achètent. Le fait que ce soit la star du congrès, c’est très révélateur de l‘état actuel du marché des smartphones, caractérisé par un océan d’uniformité : énormément d’appareils rectangulaires… et Nokia a le même problème, il essaye de revenir sur le marché avec son Android, mais si c‘était tout ce qu’il avait présenté il n’aurait pas fait couler d’encre“ s’agace Ben Wook, analyste chez CCS Insight.

Samsung n’a pas présenté de téléphone lors du salon. La firme devait lever le voile sur son Galaxy S8 mais sa sortie devra encore attendre quelques semaines. Elle s’est contentée de présenter deux tablettes.

On peut observer les tendances du monde de la téléphonie mobile, on voit ce qui se passe du côté de la 5G, du Cloud, des tablettes et des smartphones, tout ce qui touche à l’internet et aux appareils. Vous prenez la température de l‘écosystème, vous comprenez vers quoi s’orientent les opérateurs télécom et les constructeurs“ explique Kevin Curran, professeur en cyber sécurité à l’Université d’Ulster (Irlande du Nord) pour justifier sa présence.

Autre innovation marquante : celle de l’opérateur espagnol Telefonica, qui a démontré qu’il pouvait grâce à la 5G conduire une voiture téléguidée se trouvant à 70km de là, sur un circuit de Tarragone.

Une technologie qui pourrait être utilisée par les réseaux de transports en commun ou les parcs de voitures électriques à partager, et peut-être concurrencer les voitures autonomes.

Le choix de la rédaction

Prochain article

Sci-tech

La clé de la vie sur Mars se cache-t-elle dans le désert d'Atacama ?