DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Yémen : "grave risque de famine", faute d'aide humanitaire (ONU)


Yémen

Yémen : "grave risque de famine", faute d'aide humanitaire (ONU)

L’aide humanitaire a de plus en plus de mal à être acheminée au Yémen, en raison de l’instabilité liée à la guerre.
L’aéroport de la capitale Sanaa est fermée. Les avions cargo ne peuvent donc plus atterrir.

L’importation par voie maritime est également compliquée.
Hodeida, principal port yéménite sur la mer Rouge, est désormais jugé trop dangereux à cause des combats qui se déroulent à proximité.
Ce port est pourtant l’une des principales portes d’accès au Yémen pour les marchandises et – évidemment – pour l’aide humanitaire.

“Mobiliser nos ressources pour répondre aux besoins humanitaires”

L’ONU ne cesse de réclamer une trêve dans les combats qui opposent les troupes loyalistes à des rebelles.
Une guerre qui dure depuis près de 2 ans.

D’après les Nations Unies, les trois-quarts de la population sont dans une situation précaire. Et d‘évoquer même un “grave risque de famine“ si la communauté internationale n’intervient pas pour faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire.

Nous n’avons qu’un seul objectif : identifier les besoins humanitaires de la population, et mobiliser tous nos moyens et nos ressources pour répondre à ces besoins, et veiller à pouvoir accéder à ces personnes afin de leur porter assistance.
Stephen O’Brien, chef des opérations humanitaires de l’ONU