DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Trump et la Russie : chronologie d'une connivence présumée


Etats-Unis

Trump et la Russie : chronologie d'une connivence présumée

ALL VIEWS

Touchez pour voir

2 janvier 2017 : 35 diplomates russes et leurs familles atterrissent à Moscou. Ils viennent d‘être expulsés des Etats-Unis sur ordre du président Obama pour des soupçons d’espionnage. Il s’agit des représailles de Washington après l’ingérence présumée de la Russie dans la campagne électorale américaine.

Hillary Clinton victime de hackers russes

Moscou aurait cherché à favoriser la victoire de Donald Trump en discréditant Hillary Clinton, via des actes de piratage. Des pratiques dénoncées dès septembre dernier par la candidate démocrate :

“Je suis particulièrement préoccupée par des rapports crédibles concernant l’ingérence du gouvernement russe dans nos élections. Le fait que nos professionnels du renseignement soient en train d’enquêter et qu’ils prennent cela très au sérieux, soulève des questions graves sur le potentiel d’interférence russe dans notre processus électoral.”

Le renseignement accuse le Kremlin qui nie

En octobre, le renseignement américain accusait le Kremlin d‘être derrière le piratage de comptes mails du Parti démocrate. Des hackers russes auraient obtenu et transmis ces informations au site Wikileaks, qui n’hésite pas à les publier.

Le president russe Vladimir Poutine ne tarde pas à réagir. Il nie en bloc les allégations américaines, avec une pointe d’ironie :

“Quelqu’un pense sérieusement que la Russie peut influencer le choix du peuple américain ? L’Amérique, c’est une République bananière ou quoi ?

Aux Etats-Unis, l’enquête se poursuit. Et en janvier, devant la Commission des forces armées du Sénat, le directeur du renseignement national, James Clapper, confirme :

“La Russie a clairement adopté une cyberposture encore plus agressive en augmentant les opérations de cyberespionnage, en organisant la fuite de données volées au cours de ces opérations et en ciblant les systèmes d’infrastructure essentiels.”

Démission de Michael Flynn

Le 13 février, l’administration Trump compte sa première victime : Michael Flynn, conseiller à la Sécurité nationale, doit démissionner. Il est accusé d’avoir eu des contacts illégaux avec l’ambassadeur russe à Washington au sujet de la levée des sanctions contre Moscou, alors que Barack Obama était encore à la Maison-Blanche. Flynn a en outre caché la véritable nature de ses discussions au vice-président Mike Pence. C’est le premier scandale de la présidence Trump.

Avec AFP

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

France

Emmanuel Macron dévoile son projet de moralisation de la vie politique