DERNIERE MINUTE

Automobile : PSA achète Opel et devient numéro deux européen

Le groupe de Carlos Tavares se donne trois ans pour redresser l'entité européenne de General Motors.

Vous lisez:

Automobile : PSA achète Opel et devient numéro deux européen

Taille du texte Aa Aa

Voilà PSA paré à jouer dans la cour des très grands avec le rachat d’ Opel/Vauxhall à General Motors. Trois semaines à peine après les premières rumeurs, le constructeur automobile français a annoncé ce lundi s’offrir la division européenne déficitaire de l’Américain pour 1,3 milliard d’euros.

allviews Created with Sketch. Point of view

"Nous voulons créer un champion européen de l'automobile."

Carlos Tavares PDG de PSA

Carlos Tavares, le PDG providentiel qui a sauvé PSA de la faillite, se donne trois ans pour redresser Opel/Vauxhall. “Nous voulons créer un champion européen de l’automobile en combinant une entreprise française et une entreprise allemande. Nous sommes attachés à ces deux marques emblématiques et à leur héritage, allemand et britannique,“ a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec la patronne de GM, Mary Barra.

Peur pour l’emploi

PSA vise des synergies de 1,7 milliard d’euros par an d’ici 2026, notamment dans la recherche et développement. Du côté d’Opel/Vauxhall, pas moins de 40.000 salariés sont concernés par l’opération et redoutent des suppressions de postes en Europe, notamment en France, en Espagne, en Pologne, et bien sûr au Royaume-Uni et en Allemagne.

La ministre allemande de l‘économie, Brigitte Zypries, a d’ailleurs fait savoir qu’elle suivait le dossier de près. “Ce qui est important, à ce stade, est d’insister sur encore plus de transparence jusqu‘à la clôture des négociations, pour impliquer les syndicats et la direction d’Opel afin de parvenir à un bon résultat pour Opel en Allemagne.

Le Brexit, une opportunité ?

Les syndicats de Vauxhall, l’alter-ego britannique d’Opel, redoutent quant à eux la fermeture des usines de Lutton et d’Elsmere Port. Ils veulent des garanties pour les 4.500 employés des deux sites.

Dans un an, peut-être au milieu de l’année prochaine, il nous faudra nous assurer que la direction confirme la production du nouveau modèle ici, c’est notre priorité, vraiment. Il est crucial que la production Vauxhall reste au Royaume-Uni,“ a réagi Len McCluskey, secrétaire général du premier syndicat du secteur, Unite.

Carlos Tavares a toutefois précisé exclure des fermetures d’usine, y compris dans la Grande-Bretagne de l’après-Brexit. “Si c’est un Brexit dur, peut-être qu’en termes de stratégie, ce sera une belle opportunité pour vendre au Royaume-Uni des véhicules produits au Royaume-Uni,“ a-t-il même précisé.

Numéro 2 européen

L’acquisition d’Opel/Vauxhall propulsera PSA sur la deuxième marche du podium européen de l’industrie automobile avec une part de marché de 17%, toujours loin des 24% de l’Allemand Volkswagen.

PSA va également reprendre, conjointement avec la banque française BNP Paribas, la filiale financière de GM Europe pour 900 millions d’euros, ce qui porte la valeur totale de la transaction pour le groupe automobile français à 2,2 milliards d’euros.