DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le programme touche-à-tout d'Emmanuel Macron


France

Le programme touche-à-tout d'Emmanuel Macron

Pour la première fois, ce jeudi 9 mars, Emmanuel Macron, en forte hausse dans les intentions de vote pour la présidentielle, a dépassé Marine Le Pen dès le premier tour, selon une enquête Harris Interactive.

Inconnu du public jusqu‘à son entrée au gouvernement en 2014, ancien inspecteur des Finances et banquier d’affaires, énarque, issu d’un milieu aisé, Emmanuel Macron séduit à gauche comme à droite, il attire des extrêmes, comme le très à droite Alain Madelin, et l’ancien secrétaire du PCF, Robert Hue, de même que des figures du PS : Bertrand Delanoë, ancien maire de Paris, Bernard Kouchner, Ségolène Royale, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale.

Lui qui se dit “ni de gauche, ni de droite”, avait pris ses distances avec le PS en refusant de participer à la Primaire, semant la confusion parmi l‘électorat de gauche et ses élus, précipitant les divisions… Il avait fait partie du premier cercle des conseillers de François Hollande pour la campagne présidentielle de 2012.

“J’ai eu des désaccords stratégiques avec le Président de la République qui m’ont conduit à lancer un mouvement politique nouveau, ensuite à quitter le gouvernement, à démissionner de la fonction publique et à être candidat à la présidence de la République”.

Son mouvement En marche ! rassemblerait aujourd’hui 200 000 adhérents. Il a présenté son programme présidentiel le 2 mars dernier, en plein scandale Fillon.
Un programme qui paraît pragmatique, concret, pas révolutionnaire, mais qui se targue de correspondre à la volonté des Français.

L‘été dernier, du 28 mai au 28 juillet, une opération de porte-à-porte, appelée la Grande Marche a été menée tambour battant par les équipes d’Emmanuel Macron. Elles affirment avoir fait remplir “25 000 questionnaires, d’avoir eu 100 000 conversations en France métropolitaine, en Outre-Mer et à l‘étranger”.

25 000 questionnaires sur 60 millions d’habitants… Deux mois d’enquête… C’est finalement peu pour construire un programme.
Mais Emmanuel Macron a ensuite fait travailler des “experts”, “environ 500”, issus des domaines de la santé, de l‘éducation, etc. Et il dit avoir fait examiner par 3 400 comités locaux ses propositions de transformations de la société française.

« La France est une chance, et chacun doit pouvoir y tenir ses promesses. »

Six chantiers structurent son programme d’inspiration sociale-libérale qui présentent 126 propositions autour de la “société du travail”, la modernisation de l‘économie, sécurité, la stratégie internationale et moralisation de la vie publique, et la réforme de l‘école.

Selon les décodeurs du journal Le Monde, ce programme contiendrait en fait 40 % de propositions qui sont dans le prolongement direct des promesses de campagne de François Hollande, 20 % sont proches de celle de François Fillon et 16 % de Benoît Hamon.

Ceci étant dit, vous trouverez ci-dessous les grandes lignes de ce programme pour que vous puissiez tenter de vous forger une opinion.

Au niveau budgétaire, Emmanuel Macron prévoit 60 milliards d’euros d‘économie sur le quinquennat, principalement en économisant sur la masse salariale de l’Etat et les subventions aux collectivités territoriales. Il prévoirait la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires.

Vie politique

- interdiction pour les parlementaires d’exercer des activités de conseil

- fiscalisation de l’intégralité de la rémunération des parlementaires

- fin du régime spécial de retraite des parlementaires

- interdiction pour les parlementaires d’employer des proches ou des membres de leur famille

- interdiction de cumuler de plus de trois mandats identiques successifs

- interdiction pour tous les détenteurs d’un casier judiciaire (niveau B2) de se présenter à une élection

-diminution du financement public des formations politiques qui ne respectent pas la parité homme-femme

- réduction d’un tiers du nombre de parlementaires

- utilisation le plus souvent possible de la procédure d’urgence pour examiner les textes législatifs

-supprimer les départements dans les zones les plus urbanisées et structurées par des métropoles, tout en les maintenant dans les zones les plus rurales

Société du travail

- création d’un système universel d’assurance-chômage financé par l’impôt et piloté par l’Etat

- et donc suppression du Régime social des indépendants (RSI)

- suspension du versement des allocations chômage après le refus de plus de deux offres pour un emploi “décent”

- organisation “de la vie économique et sociale au niveau de la branche et de l’entreprise”

- instauration d’un bonus/malus pour les entreprises abusant des CDD courts

- suppression de la totalité des charges “générales” au niveau du SMIC. Pour tous les salaires : suppression des cotisations maladie et des cotisations chômage grâce à une augmentation de 1,7 point de la CSG, en protégeant les chômeurs et 40 % des retraités les plus modestes

- rétablissement des exonérations de cotisation sociales sur les heures supplémentaires

- hausse de la prime d’activité de 50 %

Modernisation économique

- plan d’investissement de 50 milliards d’euros (dont 15 pour la formation, 15 pour la transition écologique)

- baisse de l’impôt sur les sociétés de 33,3 à 25 %

- transformation de l’ISF en “Impôt sur la fortune immobilière” (excluant le patrimoine financier)

- création d’un prélèvement unique sur les revenus du capital, de l’ordre de 30 %

Ecologie

- réduction à 50 % de “la part du nucléaire dans la production d‘énergie”

-instaurer un “marché unique de l‘énergie” européen

- prime de 1 000 euros pour l’achat d’un véhicule moins polluant, neuf ou d’occasion

- rénovation d’un million de logements mal isolés

- 50 % d’aliments bio, écologiques ou issus des circuits courts dans les cantines scolaires ou d’entreprises d’ici 2022

Réforme de l‘école

- création de 4 000 à 5 000 postes d’enseignants

- autonomie pour les écoles “en termes de recrutement” au niveau pédagogique

- prime de 3 000 euros nets par an pour les enseignants en zone prioritaire Rep+

- dans ces zones, pas plus de 12 élèves par enseignant en CP-CE1

-renforcement du nombre d’auxiliaires de vie scolaire : “les AVS auront un emploi stable et un salaire décent”

- rétablissement des classes bi-langues, des sections européennes

- rétablissement des études dirigées

- interdiction de l’usage des téléphones portables au collège et à l‘école primaire

- modernisation du baccalauréat en limitant l’examen final à quatre matières obligatoires, le reste en contrôle continu.

- les universités pourront recruter leurs enseignants et définir leurs formations

- enseignement sur le fait religieux à l‘école

Sécurité

- création d’une “police de sécurité quotidienne” en remplacement de la police ce proximité.

- création de 7 500 postes de policiers et 2 500 gendarmes entre 2017 et 2020

- création d’une injonction d‘éloignement du territoire des délinquants, sous le contrôle du juge

- création de 15 000 nouvelles places de prison

- augmentation du budget de la Défense à 2 % du PIB

- création d’un état-major centralisé du renseignement rapportant directement au Conseil de défense auprès du président de la République

- création de centres pénitentiaires dédiés aux “foreign fighters” (combattants étrangers)

Europe

-préserver les accords de Schengen

- création d’une force de 5 000 gardes-frontières avec les partenaires européens

- création d’un Fonds européen de défense qui financera les équipements militaires communs et d’un Quartier général européen permanent

- mise en place d’un mécanisme de contrôle des investissements étrangers en Europe pour préserver les secteurs stratégiques

- mise en place d’un budget de la zone euro avec un Parlement et un ministre de l‘Économie et des Finances de la zone euro

- réserver l’accès aux marchés publics européens aux entreprises localisant au moins la moitié de leur production en Europe

- imposer les grands groupes internet sur leur chiffre d’affaires réalisé en France

- limiter à un an la durée autorisée de séjour d’un travailleur détaché

- lancement dans toute l’Union européenne, après les élections allemandes de l’automne 2017, de conventions démocratiques, qui aboutiront à un projet adopté par tous les pays le souhaitant.

Société

- mise en place d’un système de retraites universel “avec des règles communes de calcul”

- augmentation de 100 euros par mois de l’allocation adulte handicapé et du minimum vieillesse

- création d’un versement social unique (APL, RSA…)

- exonération en trois ans de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers, pour un coût global de 10 milliards d’euros

- vente des médicaments à l’unité pour mettre fin au gaspillage

-prise en charge à 100 % des lunettes et prothèses auditives et dentaires d’ici 2022

-doublement du nombre de maisons de santé pour lutter contre les déserts médicaux

-création d’un service sanitaire : 40 000 étudiants en santé consacreront 3 mois à des cations de prévention dans les écoles et les entreprises

- système à points pour l’attribution des logements sociaux

- Pass culture d’un montant de 500 euros pour chaque Français de 18 ans

-droit à l’oubli pour les personnes ayant été malades : il passerait de 10 à 5 ans pour souscrire un emprunt ou un contrat d’assurance pour les malades de cancers et de l’hépatite C. Macron envisage de l‘étendre à de nouvelles maladies

Laïcité et intégration

-appplication stricte du principe de laïcité, formation universitaire à la laïcité pour les ministres des différents cultes

-démantèlement des associations et fermeture des lieux de culte dans lesquels certains s’attaquent à la République et prêchent l’apologie du terrorisme.

-la maîtrise de la langue française devient le principal critère d’obtention de la nationalité française

- examen des demandes d’asile en moins de 6 mois, recours compris

-lutte contre la discrimination par des opérations de contrôle aléatoires à grande échelle en matière de logement et d’emploi.

-création des emplois francs pour encourager l’embauche dans des habitants des quartiers prioritaires. Exemple : une entreprise qui embauchera en CDI un de ces habitants bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur 3 ans.

ALL VIEWS

Touchez pour voir