DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tout ce que vous avez besoin de savoir sur les élections néerlandaises

La question de l’extrême-droite Geert Wilders veut arrêter l’immigration musulmane, fermer toutes les mosquées et interdire le Coran qu’il compare au Mein Kampf d’Adolf…

Vous lisez:

Tout ce que vous avez besoin de savoir sur les élections néerlandaises

Taille du texte Aa Aa

La question de l’extrême-droite

Geert Wilders veut arrêter l’immigration musulmane, fermer toutes les mosquées et interdire le Coran qu’il compare au Mein Kampf d’Adolf Hitler.

Le mouvement du Parti pour la liberté (PVV) a plusd’un demi-siècle d’existence (53 ans) et se bat pour la première place dans les sondages, malgré sa condamnation en décembre pour incitation à la discrimination à l’encontre des marocains hollandais.

Nous tentons de vous expliquer ici nous expliquons comment l‘élection néerlandaise fonctionne, évaluer l’impact de Wilders et ses chances d’entrer au pouvoir.

Pourquoi cette électionest importante ?

La perspective d’un succès de l’extrême-droite aux élections néerlandaises pourrait accentuer encore le malaise à Bruxelles, luttant déjà pour contenir les retombées du Brexit, le plus grand choc au projet européen à ce jour.

Après le Brexit et l’arrivée de Trump au pouvoir, une victoire de Wilders accentuerait l’influence de forces dites anti-establishment et pourrait donner un coup de pouce aux autres partis d’extrême droite, notamment en France et en Allemagne où des élections ont lieu aussi cette année.



Qui sont les principaux protagonistes ?

L’un des faits marquants de la politique néerlandaise est sa fragmentation. Son système de représentation proportionnelle, voir ci-dessous, a tendance à aider les plus petits partis.

Le gouvernement actuel de coalition se compose du Parti du peuple de centre-droit pour la liberté et la démocratie (VVD) et du Parti travailliste du centre gauche (PvdA).

Le parti anti-islam et anti-UE de Wilders, le PVV, qui avait longtemps dominé les sondages, est passé à la deuxième place du classement le 1er mars, deux semaines avant le vote.

Il y a aussi les démocrates-chrétiens (CDA), qui luttent ces dernières années pour retrouver leurs scores passés; Le D66 pro-européen, comparable aux démocrates libéraux britanniques; Les écologistes GroenLinks (GL); Et le Parti socialiste (SP).

En marge se trouvent des partis comme Denk, qui font campagne pour les migrants et leurs descendants et 50Plus, un parti représentant les personnes âgées.

Comment marche le système électoral néerlandais

Il est basé sur la représentation proportionnelle. Ainsi, un parti qui obtient 9 pour cent du vote national, obtient 9 pour cent des sièges au Parlement néerlandais, le Tweede Kamer. Il n’y a pas de circonscriptions électorales, les Néerlandais votent dans une seule circonscription, nationale.

Le parlement néerlandais compte 150 sièges, donc 76 sont nécessaires pour une majorité et une coalition viable pour diriger le gouvernement.



Wilders premier ministre ?

Beaucoup d’experts tout en reconnaissant les chocs du Brexit et de Trump, ne le pense pas. Le système, qui permet à des partis comme celui de Wilders d’avoir des voix fournit également un mécanisme évitant la domination d’un parti unique.
Gijs De Vries, un ancien politicien néerlandais, travaillant actuellement à l’Institut européen de l‘École d‘économie de Londres: “Numériquement au moins, autant que nous pouvons faire confiance aux sondages, il n’obtient pas plus de 20 pour cent des voix.

“Deuxièmement, il aura beaucoup de difficulté à rejoindre une coalition gouvernementale. Les autres partis ont jusqu‘à présent affirmé qu’ils ne voudraient pas se joindre à une coalition qui comprenait M. Wilders. “

Le Premier ministre Mark Rutte, leader du parti VDD au pouvoir, affirme qu’il ne peut pas imaginer son mouvement s’alliant à Wilders dans une coalition.

Mais, ajoute De Vries, Rutte a déjà changé d’avis sur certaines questions clés, par exemple en envoyant l’aide de l’UE à la Grèce et en respectant les résultats du référendum UE-Ukraine.

“Il est très peu probable que Wilders soit au pouvoir, à moins que tout le monde ne fasse du mal à voter”, a déclaré à Euronews le spécialiste de l’euroscepticisme Simon Usherwood, de l’Université de Surrey. “Il y a un fort sentiment de vouloir l’exclure [Wilders], même si cela signifie une grande coalition et d’autres compromis sur la politique. Wilders est aussi critiqué à l’extérieur. “

L’Islam au coeur des débats

Le débat autour du rôle de l’islam dans la société néerlandaise a été électrifié par deux meurtres au début du siècle. Le célèbre cinéaste Theo van Gogh, qui a produit un film critiquant l’islam, a été tué par un militant islamiste en 2004, suivi par le meurtre du populiste anti-immigrant Pim Fortuyn en mai 2002 par un activiste des droits des animaux.

«Au niveau local, la plupart des gens s’entendent avec leurs voisins», a déclaré De Vries. «Musulmans, chrétiens, non-croyants ou bouddhistes.

“Mais je pense qu’il y a beaucoup de préoccupations réelles de personnes qui sentent que leurs quartiers ne sont plus ceux qu’ils connaissaient quand ils ont grandi enfants.

“C’est un sentiment que beaucoup de gens ont, il est authentique et il devrait être pris très au sérieux. Dans le même temps, il est également clair que vous avez un certain nombre de politiciens qui active les flammes de la xénophobie. Et il est évident que M. Wilders en est l’un d’eux. Si vous allez aux élections disant que vous fermez toutes les écoles islamiques, même si vous voulez que les chrétiens soient libres de former leurs écoles, vous essayez évidemment d’exploiter une fracture. Il a de l’aide, mais beaucoup de gens trouvent qu’il va beaucoup trop loin. “

Les musulmans hollandais représentent environ 5% de la population du pays. Plus d’un hollandais sur trois a déclaré avoir une vision défavorable des musulmans dans une enquête de Pew Research.

En ce qui concerne l’afflux de réfugiés de l’UE, les Pays-Bas ont reçu environ 33 000 demandes d’asile en septembre 2016, selon Eurostat.