DERNIERE MINUTE

Six ans après le début du soulèvement contre le régime de Bachar al-Assad, la Syrie est toujours plongée dans un conflit dévastateur.

Plus de 300.000 morts, 12 millions de déplacés

Les chiffres parlent d’eux mêmes : entre 300.000 et 500.000 morts, selon les sources. Plus de 12 millions de déplacés, soit environ la moitié de la population avant la guerre. Et la plus grave crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale.

Selon l’ONU, près de cinq millions de Syriens se trouvent actuellement dans des zones difficiles d’accès et des villes assiégées, où ils souffrent de pénuries.

Ils sont également près de 5 millions à avoir quitté le pays. La majorité a trouvé refuge en Turquie. Suivent le Liban, la Jordanie, l’Irak, l’Égypte.

Nombreux sont ceux également à avoir mis le cap sur l’Europe, et y avoir déposé une demande d’asile, principalement en Allemagne, mais aussi en Suède, Italie, France ou au Royaume-Uni.

Beaucoup ont tenté la périlleuse traversée de la Méditerranée. Ils sont plus de 4.000 à y avoir laissé leur vie.

La souffrance des enfants

Sur la route de la migration, comme dans les camps de réfugiés, les enfants sont particulièrement vulnérables. Beaucoup souffrent de malnutrition, de déshydratation et d’un manque d’accès au soin. Et ils sont des millions à être privés de scolarité, certains obligés de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille, d’autres forcés à prendre les armes. De nombreux enfants et adolescents sont livrés à eux-mêmes.

Toute une génération prise en otage par un conflit interminable, qui a détruit de nombreuses infrastructures du pays : hôpitaux, écoles, routes, réseaux électriques et d’eau potable. A la fin de la guerre, le chantier de la reconstruction sera colossal.

Avec AFP