DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Chez nous" : le film sur les manipulations d'un parti populiste


cinema

"Chez nous" : le film sur les manipulations d'un parti populiste

En partenariat avec

“Chez nous” est le nouveau film du cinéaste belge Lucas Belvaux dont l’action se situe dans le Nord de la France et qui tombe à point nommé, quelques semaines avant l‘élection présidentielle française.
“Chez nous” raconte, de l’intérieur, la campagne électorale d’une candidate d’un parti d’extrême-droite qui ressemble au Front National.

Lucas Belvaux : “Tout est inspiré de la réalité dans le film, de façon très précise et juste. La fiction, c’est Pauline, le personnage de Pauline. Chacun des personnages est une fiction puisque ce ne sont pas des personnages réels… En même temps, ils sont tous nourris par des situations, par une réalité véritable.”

Pauline est infirmière à domicile et s’occupe seule de ses deux enfants. Un notable de la ville, le médecin de famillen interprété par André Dussollier, va manipuler Pauline pour qu’elle se présente sous les couleurs de son parti, le Bloc Patriotique dont la présidente Agnos Dorgelle rappelle cette fois-ci étrangement Marine Le Pen.

Lucas Belvaux se défend d’avoir fait un film contre le parti d’extrême-droite, c’est la mécanique de manipulation qu’il a voulu montrer.

Lucas Belvaux : “Ce n’est pas un film anti-FN dans le sens où je ne charge pas la barque. C’est une espèce d’instantané très précis et très juste de ce qu’est le parti aujourd’hui à la fois dans son organisation, dans son fonctionnement et dans sa manipulation effectivement : comment il manipule à la fois les masses et les individus.”

Pauline va se laisser persuader et se prend au jeu de la campagne électorale même si petit à petit elle sent l‘étau se resserer sur elle.
De bonne foi, elle devient candidate à la mairie d’Hénard, dont le nom fait penser à une commune du nord de la France, Hénin-Beaumont, récemment remporté par le Front National.

Lucas Belvaux : “Les partis populistes ont besoin d’aller chercher des gens comme ça, des gens, d’une part, issus du peuple, mais aussi très populaires par leur engagement… et elle (Pauline) est une cible idéale et elle n’est pas difficile à manipuler.
Il y a une volonté en elle de changer les choses, ce qu’elle tente de faire au quotidien avec son père, avec ses enfants, avec ses patients, c’est quelqu’un qui donne beaucoup d’elle même, c’est un personnage généreux, et donc ils (les membres du parti) vont détourner cette générosité à leur profit.”

Le film vient de sortir en France et sera distribué dans toute l’Europe en pleine actualité électorale.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Olivier Assayas : "Kristen Stewart a inspiré Personal Shopper"