DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

PME : la tendance Dual-Use

Quelles opportunités commerciales et quels financements européens pour les PME qui ciblent les marchés civils et militaires ?

Vous lisez:

PME : la tendance Dual-Use

Taille du texte Aa Aa

En Sicile, découvrons la tendance Dual-Use (double usage) c’est-à-dire quand des entrepreneurs choisissent de cibler à la fois, des marchés civils et militaires. Quelles sont les opportunités ? Comment se faire accompagner par des réseaux et des fonds européens ? Voyons cela dans cette édition de Business Planet.

Pour mieux comprendre ce qu’est le double usage, interrogeons le représentant du réseau Réseau Entreprise Europe, Francesco Cappello, du consortium ARCA :

Serge Rombi, euronews :
“En quoi consiste le Dual-Use précisément ?”

Les opportunités du double usage

  • Les technologies à double usage répondent à des besoins civils et militaires. Elles couvrent un large éventail de domaines comme l‘électronique, la navigation ou l’aéronautique.
  • Elles offrent de nouvelles opportunités commerciales aux entreprises européennes – en particulier les PME -. Ce qui peut les aider à accéder à de nouveaux marchés.
  • Les financements européens comme Horizon 2020, les Fonds structurels d’investissement européens et le programme COSME (le programme européen pour la compétitivité des PME) sont accessibles aux petites et moyennes entreprises désireuses de développer des technologies et des produits à double usage.

Liens utiles

Francesco Cappello, représentant du Réseau Entreprise Europe :
“Les technologies à double usage sont des innovations développées dans l’armée qui ont aussi des applications dans l’industrie et sur le marché civil et vice versa. Les applications sont partout : le transport, la sécurité, la réalité virtuelle, mais également la santé.”

Rendons-nous dans une entreprise que le Réseau Entreprise Europe a accompagnée à Messine. PME parmi les plus innovantes d’Italie, Signo Motus a conçu un fluide qui est un nanomatériel intelligent. Soumis à un champ électrique, il passe de l‘état liquide à l‘état quasi solide. Il a fallu six ans pour développer cette technologie destinée à l’origine, à améliorer l’efficacité des amortisseurs sur les véhicules militaires.

Potentiel business

“Au départ, nous avions développé cette technologie pour l’armée, nous explique Paolo Giorgianni, manager technique Recherche et Développement au sein de la société, mais vu ses nombreuses possibilités, nous avons décidé d’aller vers des applications civiles, en particulier dans la réhabilitation et le fitness.”

L’idée est de cibler ces nouveaux secteurs, de transférer cette technologie par exemple pour faire fonctionner des exosquelettes. Le potentiel business est énorme comme l’indique Sandro Scattareggia Marchese, directeur général de l’entreprise. “Ces deux secteurs ont un taux de croissance très élevé, dit-il. Nous comptons pénétrer le marché d’ici deux ans et dans cinq ans, réaliser un chiffre d’affaires vingt fois plus important qu’aujourd’hui,” affirme-t-il.

Mais pour atteindre ses objectifs, l’entreprise a évidemment besoin de financements. Elle a d’ores et déjà décroché 50.000 euros via les instruments PME du programme européen Horizon 2020.

Au sein de Signo Motus, nous demandons une précision à Francesco Cappello qui nous accompagne sur place.

Serge Rombi :
“Si Sandro Scattareggia Marchese veut aller jusqu’au bout de son idée, il lui faut encore deux millions d’euros. Est ce qu’il y a outre Horizon 2020 qu’il a déjà utilisé d’autres modes de financement européens dont il peut bénéficier ?”

Francesco Cappello :
“Bien sûr, il existe d’autres fonds européens comme les fonds structurels et le programme Cosme pour aider les PME comme Signo Motus à atteindre plus facilement le marché.”

Priorité européenne

Encourager le double usage est l’une des priorités européennes. D’ailleurs, de nombreuses organisations ou clusters accompagnent les entreprises qui ciblent à la fois, les marchés civils et militaires.

Terminons notre entretien avec Francesco Cappello du Réseau Entreprise Europe.

Serge Rombi :
“L’un des moyens pour aller vers le Dual-Use, c’est de se faire accompagner par votre réseau…”

Francesco Cappello :
“Nous avons 600 points de contact sur les cinq continents, des services à forte valeur ajoutée en plus des fonds européens. Il y a aussi le transfert de technologie, l’internationalisation et l’accès à de nouveaux marchés.”