DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : ne pas s'attendre à un "miracle", prévient l'envoyé spécial des Nations unies


Syrie

Syrie : ne pas s'attendre à un "miracle", prévient l'envoyé spécial des Nations unies

Dans la banlieue de Damas, à Jobar, les forces gouvernementales tentent de reprendre aux rebelles des quartiers perdus ces derniers jours. Il ne veulent surtout pas laisser les opposants au régime de Bachar al-Assad pénétrer au coeur de la capitale syrienne. Les combats sont féroces. Sous les yeux de civils, pris entre deux feux.

A Genève (Suisse), le régime syrien et ses opposants ont entamé vendredi leur cinquième round de pourparlers, sous l‘égide des Nations unies. Après avoir averti qu’il ne fallait s’attendre “ni à des miracles, ni à des percées, ni à des ruptures”, l’envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a insisté sur la nécessité de tenir “dès que possible” une réunion à Astana, afin de “contrôler une situation” qu’il qualifie de “préoccupante actuellement”.

La capitale du Kazakhstan accueille depuis janvier, sous le triple parrainage de la Russie, de la Turquie et de l’Iran, des négociations entre le régime de Bachar al-Assad et ses opposants. La guerre en Syrie a fait plus de 320 000 morts depuis son déclenchement, en mars 2011.

Bulgarie

Les élections législatives en Bulgarie font émerger les clivages au sujet de ses voisins russes et turcs