DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres : de l'autoportrait au selfie !


Cult

Londres : de l'autoportrait au selfie !

Un selfie est il une création artistique ? A Londres, la galerie Saatchi pose en ce moment la question avec l’exposition “From selfie to Self Expression” soit “Du selfie à l’auto expression”. Elle explore cinq siècles d’autoportraits, des grands maîtres jusqu’aux selfies.

Nigle Hurst, commissaire et PDG Galerie Saatchi : “Pendant des siècles on a partagé des images de soi. Maintenant on le fait à une échelle très large. On dispose aussi de moyens techniques de le faire sur nos téléphones. Et on ne documente pas uniquement soi même mais tous ceux qui sont autour de nous, le monde qui est autour de nous et que l’on considère digne de l‘être, que l’on trouve beau et expérimental à la fois et nous sommes peut-être à un point critique où on peut regarder en même temps à l’intérieur et à l’extérieur.”

La galerie Saatchi a aussi lance aussi une compétition de selfies , 14 000 personnes y ont participé. Et les fabricants de portables comme Huawei regardent cela de très près.

Andrew Garrity, responsable marketing Huawei : “Quel rôle joue la photographie et la photo sur les téléphones portables dans l’expression de soi, que signifie cette auto expression, ce n’est pas seulement de la photo pour la photo mais nous essayons réellement de la faire évoluer et de donner aux gens la possibilité de s’exprimer d’une nouvelle et intéressante façon en allant au delà du fait de tout photographier, en ayant une attitude plus réfléchie que par le passé.”

Autre approche, celle de Daniel Rozin qui travaille sur l’art numérique interactif. On peut choisir entre une façon numérique et digitale de créer une image de soi, ou de quelque chose d’approchant.

Daniel Rozin : “Je pense qu’il est très important de savoir que quand vous vous trouvez devant une de mes œuvres vous n‘êtes pas nécessairement devant votre image, on ne voit pas les imperfections, les rides c’est un peu idéalisé.”

L’artiste colombien Juan Pablo Echeverri a commencé à prendre faire des photomatons au beau milieu des années 90. Il a été rattrapé depuis par les Selfies mais il poursuit son travail.

Juan Pablo Echeverri : “Il y a 5, 8 ans vous auriez dit à quelqu’un que vous travaillerez sur des autoportraits personne n’aurait compris ils auraient dit Quoi sur des autoportraits ? Et huit ans après la réponse est là : des selfies. Cette expo est intéressante parce qu’elle pose la question à savoir ce que sont les autoportraits et ce que sont les selfies.”

“From Selfie to Self-Expression” à la galerie Saatchi à Londres jusqu’au 30 mai.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Roberto Saviano : écrire, un acte de résistance face à la mafia

Cult

Roberto Saviano : écrire, un acte de résistance face à la mafia