DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le tourisme hors de la campagne


monde

Le tourisme hors de la campagne

Hot Topic Plus sur le sujet Élection présidentielle française 2017

La France est la première destination touristique mondiale – elle a comptabilisé 84,5 millions d’entrées de visiteurs étrangers en 2015. Le tourisme a enregistré 158,6 milliards d’euros de recettes (7,3 % du Produit intérieur brut). Le secteur emploie plus de 1,2 million de salariés (équivalent temps plein) et repose sur 315.600 entreprises.

Malgré de tels chiffres, le tourisme n’est pas un thème fort de cette campagne présidentielle. Il n’est pas du tout mis en avant par les candidats. Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du voyage, estime même que “dans aucun des programmes des candidats, le tourisme n’est cité (…) alors qu’il pèse plus que l’agroalimentaire”.
“Dans l’ensemble des discours des candidats, le mot tourisme n’est jamais prononcé. Notre activité passe à travers tous les programmes”, regrette également Roland Héguy, président de la principale organisation du secteur, l’Union des métiers de l’industrie et de l’hôtellerie (Umih).

Les représentants des cinq principaux candidats ont été invités à préciser leur position à l’occasion des « Primaires du tourisme » organisées début mars par l’Institut Français du Tourisme (IFT).
« 7% du PIB français, c’est deux fois plus que l’agriculture au sens large. Nous saisissons l’opportunité de la présidentielle afin de sensibiliser nos futurs dirigeants sur les enjeux de notre secteur, qui couvre 2,2 millions d’emplois directs et indirects », souligne Georges Rudas, le président de l’IFT.
Aucun des candidats n’avance la possibilité de mettre en place un vrai ministère du Tourisme. Pour François Fillon, le tourisme doit dépendre directement de Matignon. Pour Benoît Hamon, le tourisme doit être rattaché à un ministère fort, pourquoi pas la Culture. Pour Emmanuel Macron, il pourrait dépendre de Bercy ou rester au Quai d’Orsay. Pour Marine Le Pen, l’essentiel est de renforcer le pouvoir des maires. Pour Jean-Luc Mélenchon le tourisme doit dépendre des Affaires étrangères.

De leur côté, les représentants des acteurs du tourisme présents dans l’assistance ont pointé la « rigidité des normes » et les « fréquentes contradictions des textes administratifs émanant de plusieurs ministères ».
Propriétaire du château de Troussay, situé à Cheverny en Loir-et-Cher, au cœur d’un « triangle d’or » (Chambord, ZooParc de Beauval, Chenonceaux etc.) en pleine « Loire Valley », Isaure de Sainte-Marie dénonce aussi la tyrannie des normes. Elle décrit : « Il y a autant de touristes que d’individus. Quand on voyage, que ce soit à quelques heures de voiture ou à 20 heures d’avion, on cherche à être dépaysés. Si on applique partout les mêmes normes, ça ne marche pas. Le touriste a besoin d’être accueilli comme un invité pas comme un client. »

  • Valérie Pernette, “La Nouvelle République”

Pour aller plus loin

  • http://www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/chiffres-cles-tourisme
  • http://www.quotidiendutourisme.com/france/presidentielle-les-candidats-veulent-rassurer-le-monde-du-tourisme/141808
  • http://www.lechotouristique.com/article/les-primaires-du-tourisme-c-est-demain,88001
    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/le-tourisme-oublie-de-la-presidentielle-31-01-2017-6641322.php
  • http://www.quotidiendutourisme.com/france/presidentielle-les-candidats-veulent-rassurer-le-monde-du-tourisme/141808
  • http://www.lechotouristique.com/article/presidentielle-quelles-idees-portent-les-5-candidats,88031
Photo d’illustration : Anna & MichalCC BY 2.0

monde

Grande-Bretagne : galop et beuverie au Grand National