DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coppola, Doillon, Haneke... la sélection du 70e Festival de Cannes


cinema

Coppola, Doillon, Haneke... la sélection du 70e Festival de Cannes

Près de 2000 films étaient candidats au 70e Festival de Cannes, 18 seulement seront en compétition pour la Palme d’Or. La sélection officielle de cette éditon anniversaire a été présentée par les organisateurs ce jeudi à Paris. En tout 49 longs métrages de 29 pays ont été retenus.

Le rendez-vous est pris à partir du 17 mai sur la croisette, soit dix jours après la présidentielle française. Ce sera l’occasion de changer d’air, pour Pierre Lescure :

Ce Festival, on avait bien l’intention qu’il soit sinon une parenthèse, en tout cas une respiration qui à la fois allait permettre de ne parler que de cinéma. Mais le cinéma étant le reflet du monde, forcement on parle du monde, on parle de la politique et des sujets qui intéressent aussi bien la France que le monde entier“, a déclaré le président du festival lors de traditionnelle conférence de presse.

En course pour la Palme d’Or, “La proie”, de Sofia Coppola fera forcément sensation sur le tapis rouge avec son casting de rêve (Colin Farell, Nicole Kidman, Elle Fanning, Kristen Dunst).

La réalisatrice américaine sera en compétition avec l’Autrichien Michael Haneke, qui présentera son long-métrage “Happy end”, avec Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant.

Côté Français les espoirs se portent sur François Ozon avec L’Amant double, Michel Hazanavicius avec Le Redoutable, et “Rodin”, un biopic de Jacques Doillon.

Côté innovations, la série télé sera mise à l’honneur :David Lynch dévoilera hors compétition les deux premiers épisodes de la très attendue saison 3 de Twin Peaks et Jane Campion (Palme d’or en 1993) présentera le “deuxième volet” de sa série.

Le jury du 70ème Festival de Cannes sera présidé par Pablo Almodovar.

Compétition officielle du Festival de Cannes 2017

Loveless de Andrey Zvyagintsev, Good Time de Benny Safdie et Josh Safdie, You were never really here de Lynne Ramsay, L’amant double de François Ozon, Jupiter’s Moon de Kornél Mandruczo, A gentle creature de Sergei Loznitsa, Mise à mort du cerf sacré de Yorgos Lanthimos, Hikari de Naomi Kawase, The day after de Honh Sangsoo, Le redoutable de Michel Hazanavicius, Wonderstruck de Todd Haynes, Happy end de Michael Haneke, Rodin de Jacques Doillon, Les proies de Sofia Coppola, 120 battements par minute de Robin Campillo, Okja de Bong Joon-Ho, In The Fade de Fatih Akin, The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

A Genève, le cinéma défend les droits humains