DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Elections anticipées en Grande-Bretagne: les réactions politiques se multiplient


Royaume-Uni

Elections anticipées en Grande-Bretagne: les réactions politiques se multiplient

Theresa May devrait convoquer des élections législatives anticipées. Son objectif: recomposer l‘équilibre des forces politiques à Westiminster. Aujourd’hui majoritaire à la Chambre des communes, elle y veut les coudées plus franches. Son principal opposant, le chef des travaillistes Jeremy Corbyn, veut croire à un coup de théâtre et à une victoire de son parti. Quelques minutes après l’annonce devant le 10 Downing Street, il réagissait à la télévision. “J’accueille l’opportunité de pouvoir nous présenter devant les Britanniques, de nous élever face à ce gouvernement et son programme économique raté qui a laissé le service de santé public dans l’ornière, nos écoles sous-financées et tant de gens dans l’incertitude. Nous voulons juste exposer nos arguments au peuple britannique: une société qui s’occupe de tout le monde, une économie pour tout le monde et un Brexit qui fonctionne pour tous”.

Largement devant dans les sondages, la Première ministre espère en sortir renforcée et imposer un Brexit dur, notamment aux Ecossais.
Réagissant à l’appel à des élections anticipées, la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon a dénoncé “un des revirements les plus spectaculaires de l’histoire politique récente” destiné à “forcer un Brexit dur et imposer de nouvelles coupes budgétaires en chemin”.

Du côté des libéraux democrates, favorables au maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union, c’est peut être la chance de rejouer le Brexit. “C’est une opportunité pour les gens de changer la direction de ce pays, de savoir s’ils veulent un Brexit dur, rester dans le marché unique et bien entendu c’est le moment de créer une force d’opposition dont le pays a bien besoin”, explique son leader, Tim Farron.

Les “Libdem” ne disposent pour l’instant que neuf représentants à Westminster. D’apprès les premières projections, les conservateurs pourraient gagner une cinquantaine de sièges. Reste aux parlementaires à valider le principe de l‘élection. Mme May doit encore obtenir mercredi l’aval du parlement à la majorité des deux tiers. Ce qui devrait être une formalité, les travaillistes y étant a priori favorables.