DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : un attentat déjoué juste avant la présidentielle


France

France : un attentat déjoué juste avant la présidentielle

Un attentat, qui devait être perpétré en France dans les tout prochains jours, autrement dit avant le premier tour de l‘élection présidentielle, a été déjoué à temps. Deux hommes âgés de 23 et 29 ans, connus pour leur radicalisation islamiste, selon une source ministérielle, ont été arrêtés par des agents de la DGSI, les services de renseignements, mardi matin à Marseille.

Une perquisition a également eu lieu dans un appartement de la grande ville du sud de la France, précisément au 58, rue de Crimée dans le IIIème arrondissement, indique le quotidien La Marseillaise. Des armes de poing et automatiques, ainsi que du TATP, un explosif souvent utilisé par les jihadistes, y ont été découverts. Les deux suspects, Mahiedine Merabet, le plus vieux originaire du département du Nord, et Clément Baur, originaire du Val-d’Oise, ont déjà été emprisonnés mais pour des faits sans caractère terroriste. Ils se sont connus à la maison d’arrêt de Sequedin, dans le Nord justement.

Un reporter de La Marseillaise a pris des photos rue de Crimée :

Le ministre français de l’Intérieur, Matthias Fekl, a déclaré que “les deux hommes radicalisés, nés respectivement en 1987 et 1993, de nationalité française, avaient l’intention de commettre à très court terme, c’est-à-dire dans les tout prochains jours, un attentat sur le sol français”.

Certains candidats étaient-ils visés ?

Il faut noter que les photographies des deux suspects avaient été distribuées dès jeudi dernier aux services de sécurité des candidats au scrutin présidentiel : c’est ce qu’ont révélé Marine Le Pen, du parti d’extrême droite Front national, ainsi que l‘équipe de campagne d’Emmanuel Macron, le dirigeant du mouvement centriste En Marche !.

L’entourage de François Fillon, du parti de droite Les Républicains, avait lui aussi été averti de “risques avérés” visant l’ancien Premier ministre. Le ministère de l’Intérieur avait d’ailleurs fait enforcer la sécurité lors de son meeting de vendredi dernier à Montpellier, avec des tireurs d‘élite et des membres du RAID, l’unité spéciale de la police.

Turquie

Turquie: les ONG dénoncent un référendum irrégulier