DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un Russe et un Américain à bord d'une fusée Soyouz pour rejoindre l'ISS


Kazakhstan

Un Russe et un Américain à bord d'une fusée Soyouz pour rejoindre l'ISS

Un vaisseau spatial Soyouz avec à son bord un spationaute russe et un astronaute américain a décollé du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, à destination de la Station spatiale internationale (ISS).

Le vaisseau Soyouz MS-04 s’est envolé à 07H13 GMT, emportant le commandant de bord russe Fiodor Iourtchikhine, dont c’est la cinquième mission spatiale, et l’ingénieur américain Jack Fischer qui part dans l’espace pour la première fois. Ils rejoindront sur l’ISS le Français Thomas Pesquet et les Américains Peggy Whitson et Shane Kimbrough, arrivés en novembre sur la station orbitale.

Pour la première fois depuis 2003, le vaisseau Soyouz n’embarque que deux astronautes au lieu de trois, les responsables de l’agence spatiale russe Roskosmos ayant décidé en novembre 2016 de réduire l‘équipage russe de l’ISS pour des raisons budgétaires en attendant l’arrivée d’un nouveau laboratoire scientifique. Cet équipage réduit aura pour conséquence le retour sur Terre le 2 juin prochain du Soyouz MS-03 avec uniquement deux occupants, dont le Français Thomas Pesquet. L’Américaine Peggy Whitson, actuelle commandante de bord de l’ISS, restera trois mois de plus dans l’ISS et ne reviendra qu’en septembre.

Fiodor Iourtchikhine et Jack Fischer resteront pour leur part environ six mois sur la Station spatiale internationale.

Ancien pilote de l’US Air Force de 43 ans, Jack Fischer a écrit mercredi sur Twitter: “1 équipe, 2 hommes heureux et beaucoup de pétales. Le Soyouz MS-04 est prêt à décoller demain”, postant une photo des deux hommes devant un arbre en fleur.

Fiodor Iourtchikhine, 58 ans, a déjà passé 537 jours en quatre missions dans l’espace, plus que tout astronaute américain.

La Russie fournit à l’ISS son principal module, où se situent les moteurs-fusées, et les vaisseaux russes Soyouz sont le seul moyen d’acheminer et de rapatrier les équipages de la station orbitale depuis l’arrêt des navettes spatiales américaines. Seize pays participent à l’ISS, avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998 qui a coûté au total 100 milliards de dollars, financés pour la plus grande partie par la Russie et les États-Unis.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

monde

Etats-Unis: La Silicon Valley se mobilise à nouveau contre les restrictions migratoires