DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L’histoire des élections présidentielles en neuf infographies


France

L’histoire des élections présidentielles en neuf infographies

Du triomphe de Mitterrand en 1981 à la surprise Le Pen de 2002, les élections présidentielles réservent souvent leur lot de rebondissements. Le 7 mai prochain, les Français éliront le successeur de François Hollande. Avant le dénouement, retour en chiffres sur les élections présidentielles de 1965 à aujourd’hui.

Attention, sortir en tête du premier tour des élections présidentielles ne rime pas forcément avec victoire finale. François Mitterrand (1974), Valéry Giscard d’Estaing (1981) et Lionel Jospin (1995) en ont fait l’amère expérience. Côté performance, on retient le score de Charles de Gaulle au premier tour des élections de 1965 puisque 44,6% des électeurs avaient plébiscité le Général lors des premières élections de la Ve République au suffrage direct. Aucun candidat n’a fait mieux depuis. La palme du score le plus faible revient quant à elle à Guy Héraud, candidat fédéraliste européen, en 1974 avec seulement 0,08% des suffrages.

Le nombre d’inscrits sur les listes électorales en France s’est accru en même temps que l’évolution démographique du pays. Cette année, on recense près de 47 millions d‘électeurs inscrits sur les listes pour 67 millions d’habitants. Un ratio qui reste stable depuis l’instauration des listes en 1965. Notons également que le nombre d’inscrits a souvent été revu à la baisse entre le premier et le second tour (d’une centaine de moins en 2007 à plus de 15 000 en 1995).

Le taux d’abstention le plus élevé de l’histoire de la “cinquième” a été recensé à l’occasion du second tour des élections de 1979. Un seul autre scrutin a franchi la barre symbolique des 25% d’abstention, lors du premier tour des élections de 2002. Un résultat qui avait ouvert les portes du second tour à Jean-Marie Le Pen, à la surprise générale.
À l’inverse , le taux le plus faible pour un premier tour a été observé en 1965 avec seulement 15,2% de non-votants, et pour un second tour en 1974 avec seulement 12,7% d’abstentionnistes. Pour rappel, le taux de participation lors des élections de 2012 avait été de 79,5% au premier tour.

En 1965, il n’était que six candidats à prétendre occuper le poste de président de la République. Cette année, ils sont presque le double. En 2002, décidément l‘élection de tous les records, seize candidats (dont la moitié de gauche ou d’extrême-gauche) avaient recueilli les 500 signatures d’élus. Un nombre qui dépasse de loin l’ensemble des élections.

Le doyen des élections présidentielles n’est autre que Jean-Marie Le Pen, âgé de 78 ans en 2007. Cette année, c’est Jacques Cheminade (75 ans) qui occupe cette place symbolique. Du côté des présidents, personne n’a fait mieux que Charles de Gaulle, élu à 75 ans en 1965. À l’opposé, le benjamin des scrutins est le trotskiste Alain Krivine. En 1969, il n’était âgé que de 27 ans. Cette année, Emmanuel Macron (39 ans) est le candidat le plus jeune. S’il est élu, il battra alors le record de précocité pour un président de la République, détenu par Valéry Giscard d’Estaing, 48 ans en 1974.

Les élections présidentielles ne sont pas exemplaires en matière de parité homme-femme. La preuve : sur les dix scrutins, le nombre de femmes candidates n’a jamais dépassé le tiers des inscrits, c‘était en 2007 où quatre femmes avaient pris part aux débats. Il a même fallu attendre deux élections pour qu’une femme se présente, il s’agissait d’Arlette Laguillier (Lutte Ouvrière) en 1974. Cette année, seules deux femmes (Nathalie Arthaud et Marine Le Pen) sont présentes parmi les onze candidats. Pareil déséquilibre n’avait été observé depuis vingt-deux ans, lors des élections de 1995.

Les élections se suivent et ne se ressemblent que très rarement depuis 1965. En témoignent les écarts de voix inégaux d’un scrutin à l’autre. Si Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand n’ont été départagés que de 424 599 voix en 1974, on ne peut pas en dire autant pour l’affrontement Chirac – Le Pen de 2002, avec plus de 20 millions de voix d’écart en faveur du premier. Soit le tiers de la population totale du pays à cette époque.

Les partis les plus représentés dans les élections présidentielles sont Lutte Ouvrière et le Parti Socialiste. D’ailleurs, tous deux sont les seuls à avoir participé à la totalité des scrutins depuis les élections présidentielles de 1974. Suivent le Front National, avec sept participations (1974, 1988, 1995, 2002, 2007, 2012, 2017), et le Parti Communiste Français, qui en totalise une de moins (1969, 1981, 1988, 1995, 2002, 2007).
Enfin, en ce qui concerne les candidats, c’est Arlette Laguillier, encore elle, qui détient à ce jour le record du nombre de participation à une élection présidentielle, avec six présences consécutives entre 1974 et 2007.

Simon Marachian , Jordan Curé-Heaton et Elodie Soupama

Testez vos connaisances sur l‘élection presidentielle