DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Odense, la ville des robots


business planet

Odense, la ville des robots

Dans ce nouvel épisode de Business Planet, Serge Rombi s’est rendu à Odense. au Danemark.

La robotique en Europe

  • La robotique est un marché en plein développement avec un large impact sur la capacité de l’Europe à maintenir et développer un secteur manufacturier compétitif.
  • Il propose également des solutions nouvelles aux défis sociétaux, comme le vieillissement pour la santé, les transports intelligents, la sécurité, l‘énergie ou encore l’environnement.
  • Pour les startups travaillant dans la robotique, le cluster de Odense au Danemark est un exemple d’un environnement favorable pour la robotique. Il fournit un soutien technique, stratégique et financier pour aider les start-ups talentueuses à obtenir des produits adaptés et concurrentiel sur le marché, et créer ainsi de nouveaux emplois.

Liens utiles

Serge Rombi, Euronews:
“Odense est une ville danoise célèbre dans le monde entier pour ses robots ! Un cluster a même été créé ici il y a 25 ans, un véritable écosystème qui évolue énormément et que vous développez ici Mikkel Christoffersen à Odense Robotics…”

Mikkel Christoffersen, Business Manager, Odense Robotics:
“Oui, Odense Robotics est un cluster de recherche de sociétés établies, de startups et d’investisseurs. Nous sommes aujourd’hui plus de 100 entreprises et plus de 2600 employés qui travaille à Robotics et Automation.”

Serge Rombi:
“On va découvrir tout de suite, une entreprise que vous avez fait grandir ici dans ce hub pour startups. Regardez !”

Ce petit robot s’appelle Kubo Il a été conçu et est fabriqué ici au Danemark.
Sa mission : donner aux enfants -dès l‘âge de trois ans – des bases de programmation, pour apprendre la syntaxe, composer de la musique ou encore commencer à acquérir des bases de mathématiques.

Tommy Otzen, CEO et co-fondateur de Kubo Robot:
“Ils ont besoin d’une compréhension basique du codage et de la robotique. Parce qu’ils vont devoir travailler avec des robots lorsque plus tard ils auront un travail.”

Kubo a été développé par deux jeunes startuppers, encore étudiants ingénieurs il y a quelques mois. Ils ont très rapidement su profiter de l’efficacité de ce cluster.

Tommy Otzen, CEO et co-fondateur de Kubo Robot:
“Sur les trois prochains mois, nous testerons la totalité de la production dans les écoles à travers le Danemark et ensuite, après les vacances d‘été nous allons commencer à intensifier nos ventes dans toute l’Europe”

Grâce au cluster, cette entreprise a pu aussi très rapidement effectuer des levers de fonds et établir un solide business model.

Tommy Otzen:
“L’une des choses qui est unique dans cet écosystem, ici à Odense, c’est qu’une jeune entreprise inexpérimentée comme la notre peut néanmoins mettre en place une chaîne de fournisseurs avec le concours des autres sociétés. Ainsi, au lieu de passer un an à nous approvisionner, nous l’avons fait en trois mois.”

Serge Rombi:
“Mikkel, la grande tendance, c’est ce type de robots. C’est ce qu’on appelle des robots collaboratifs. Expliquez-nous de quoi il s’agit précisément.”

Mikkel Christoffersen:
“Oui. Le robot collaboratif est celui qui peut travailler avec des humains. C’est très souple et très fort pour l’automatisation des petites et moyennes entreprises.”

De 10,000 aujourd’hui, le nombre de ces robots collaboratifs pourrait passer à 700,000 à l’horizon 2025. L’une des clés pour augmenter la compétitivité du secteur industriel en Europe. D’ailleurs, il existe des fonds européens qui soutiennent l’innovation et la recherche dans le domaine de la robotique.

Serge Rombi:
“Mikkel, il y a en Europe des centaines d’entrepreneurs qui rêvent d’intégrer ce secteur de la robotique. Quel est LE conseil que vous leur donneriez ?”

Mikkel Christoffersen:
“Vous savez, c’est difficile de monter une entreprise dans la robotique. Ce qu’il faut faire, c’est rejoindre un écosystème comme le notre, où vous pouvez être aidé pour développer votre prototype, votre business plan, rencontrer des investisseurs. Et nous sommes heureux d’accueillir les entreprises venues de toute l’Europe…”

business planet

Le BTP s'ouvre à l'économie circulaire