DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Donald Trump va dévoiler sa réforme fiscale "historique"

"L'Américain moyen pourra remplir sa feuille d'impôt sur une carte postale"

Vous lisez:

Donald Trump va dévoiler sa réforme fiscale "historique"

Taille du texte Aa Aa

Quatre jours après son investiture, Donald Trump recevait les patrons de l’industrie automobile pour évoquer sa réforme fiscale. Pierre angulaire de son mandat, elle sera dévoilée ce mercredi, a annoncé le président depuis la Maison Blanche en prenant de court son administration.

allviews Created with Sketch. Point of view

"L'Américain moyen pourra remplir sa feuille d'impôt sur une carte postale"

Steven Mnuchin Secrétaire au Trésor américain

En effet, quelques jours plus tôt le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avait évoqué des retards, précisant que son adoption avant l‘été n‘était “pas réaliste“.

Donald Trump déclarait devant le Congrès fin février : “En ce moment les entreprises américaines sont taxées à des taux qui sont parmis les plus élevés au monde. Mon équipe d‘économistes prépare une réforme fiscale historique qui va réduire le taux d’imposition des entreprises pour qu’elle puissent être compétitives et prospérer partout et face à n’importe qui“.

Le principal changement devrait concerner les entreprises. Actuellement aux Etats-Unis elles ne peuvent pas être imposées à plus de 35%. Donald Trump a promis de réduire ce plafond à 15%.

Autres promesses faite par le candidat Trump : simplifier le code fiscal, en réduisant par exemple le nombre de tranches d’imposition de sept à trois.

Lors des Réunions de printemps de la Banque Mondiale et du FMI il y a quelques jour, Steven Mnuchin résumait devant une Christine Lagarde médusée : “Nous voulons créer un système dans lequel l’Américain moyen pourra remplir sa feuille d’impôt sur une carte postale“.

Cette réforme dont le contenu n’est pas encore arrêté pourrait coûter plusieurs billions de dollars de recettes à l’Etat fédéral, selon le think-tank Tax Foundation.

Le président américain compte la financer par la croissance, que la Maison Blanche promet à 3%, voir plus.