DERNIERE MINUTE

Les apatrides, des réfugiés plus vulnérables

Comment protéger les apatrides des détentions arbitraires ?

Vous lisez:

Les apatrides, des réfugiés plus vulnérables

Taille du texte Aa Aa

Comment protéger les apatrides des détentions arbitraires ? A l’exil pour fuir les guerres ou la pauvreté, s’ajoute pour certains migrants la souffrance de l’apatridie. Aucun Etat ne les reconnaît comme ressortissant. 10 millions de personnes seraient apatrides dans le monde. Des sans-papiers souvent emprisonnés.

“Le Réseau Européen des Apatrides lance aujourd’hui un agenda, explique Chris Nash son directeur, pour appeler les Etats européens à réformer leurs systèmes d’immigration et de détention, afin d’identifier les apatrides, mettre fin à leur détention en appliquer les lois internationales.”

Mazen Beshtawe est d’origine palestinienne, il vivait en Syrie, qu’il a quitté. Il espère obtenir la nationalité chypriote, après son calvaire :
“On était dans un bateau avec 345 personnes, en route pour l’Allemagne via l’Italie. Mais le bateau était trop plein et coulait presque. Heureusement un bateau de tourisme est arrivé et nous a secouru, et emmené à Chypre.”

Les apatrides sont souvent emprisonnés des mois, voire des années. L’apatridie, ce sont 600 000 personnes qui vivent comme des ombres, au sein de l’Union européenne.