DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Hénin-Beaumont, entre amertume et soulagement


Le bureau de Bruxelles

A Hénin-Beaumont, entre amertume et soulagement

Hot Topic Plus sur le sujet Élection présidentielle française 2017

Au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron, Hénin-Beaumont digère mal la victoire du président élu. Ici, dans le fief de Marine Le Pen, la candidate du FN est arrivée très largement en tête à plus de 61,5% des suffrages.

Proche de la présidente frontiste, le maire de la localité n’a pas du tout apprécié les premières déclarations du nouveau président élu.

Steeve Briois : _“Avec ce genre de discours-là et de philosophie-là il va aller droit dans le mur, parce que les Français, ce n’est pas ce qu’ils attendent en priorité d’un président de la République, il est président de la Republique francaise avant tout et pas uniquement d’un Etat membre de l’UE”. _

Mais la victoire d’Emmanuel Macron a rassuré toux ceux qui se battent encore sur le terrain contre le Front national.

Anne Blondel, un habitante : _ “Une des choses que je reproche le plus au FN est son attitude envers l’Europe et donc ca m’a plutôt fait grand grand plaisir”. _

Dans ce département ouvrier, touché de plein fouet par la mondialisation, le rejet de l’Europe a été l’un des marqueurs de cette élection. Pour cet électeur, l’Europe doit se réformer :

_“Il faut que ça soit une Europe qui soit équilibrée pour tout”, dit-il.

A Hénin Beaumont, les électeurs de Jean-Luc Mélenchon ne se sont pas tous abstenus. Mais le vote Macron était tout sauf un vote d’adhésion. Au premier tour de la présidentielle, le candidat de la France insoumise était arrivé en deuxième position juste derrière Marine Le Pen.

_“Nous, on a voté pour faire barrage à Marine Le Pen, confesse cet électeur. Nous, notre candidat c‘était plutôt Jean-Luc Mélenchon. Et nous, on n‘était pas trop pour l’Europe, on n’est pas pour l’Europe, mais on ne veut pas non plus fermer les frontières”. _

Les résultats spectaculaires de Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais redonnent espoir aux frontistes. Avec comme ligne de mire désormais : les prochaines élections législatives.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Le bureau de Bruxelles

L'UE attend un président français « capable d'être une force d'impulsion »