DERNIERE MINUTE

Pas d'euphorie post-Macron sur les marchés

Les investisseurs avaient anticipé la victoire. Ils ont préféré prendre leurs profits.

Vous lisez:

Pas d'euphorie post-Macron sur les marchés

Taille du texte Aa Aa

Les Bourses européennes ont clôturé en repli au lendemain de la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle française. Une victoire qu’avaient largement anticipée les investisseurs, qui ont préféré ce lundi prendre leurs profits.

La Bourse de Paris, qui avait pris plus de 7% en deux semaines, perdait 0,98% tandis qu’un recul plus modéré était observé à Madrid, Milan et Francfort.

Macron doit agir massivement. Le mal français est énorme. On ne pourra pas se contenter de maquiller les problèmes de l‘économie française. Il faudra procéder à d’importantes opérations du cerveau et du cœur. Les réformes font mal, et il est certain que ça ne va pas plaire à beaucoup de Françai“, explique l’analyste allemand Robert Halver, de la Baader Bank.

L’accession à l’Elysée du candidat libéral et proeuropéen avait aussi été anticipée à Londres, où les marchés s’apprêtent à subir les turbulences du Brexit.

La place londonienne entrait timidement en territoire positif avant de terminer stable (+0,05%).

La prochaine crise à laquelle vont devoir faire face la zone euro et l’Union européenne, c’est le Brexit. Bien sûr, ici, la victoire de Macron va galvaniser les plus europhiles et les fédéralistes. Emmanuel Macron a lui-même fait part de sa volonté de mener la vie dure au Royaume-Uni pendant les négociations sur le Brexit“ rappelle depuis Londres Mike Ingram, de BGC Partners.

A Wall Street on évoluait dans le rouge peu après l’ouverture ce lundi, malgré de bons chiffres américains vendredi et la diminution de l’incertitude politique en Europe… comme si les marchés avaient déjà intégré les bonnes nouvelles et en cherchaient d’autres.

L‘élection du candidat centriste en France avait été bien accueillie en Asie, où les marchés ont ouvert peu après les résultats : La Bourse de Tokyo finissait sur un bond notable de 2,31%.

Sur le marché obligataire, l‘écart entre les taux d’emprunt français et le Bund allemand se repliait un peu pour retrouver les niveaux de mi-décembre 2016.

Avec agences