DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Législatives : un président en quête de majorité


France

Législatives : un président en quête de majorité

La page de la présidentielle est à peine tournée, que la bataille cruciale des législatives est déjà lancée en France.

Elles se tiennent dans un mois, les 11 et 18 juin prochains.

Depuis le passage au quinquennat, les élections législatives sont collées à la présidentielle, par la loi, cela dans le but d‘éviter au maximum les gouvernements de cohabitation.

Dans cette configuration, les Français ont toujours confirmé leur choix.

“Je pense que le plus gros défi auquel est confronté Emmanuel Macron est de s’assurer une majorité de travail à l’Assemblée nationale pour qu’il puisse gouverner efficacement et mener à bien ses réformes. Il est très conscient que la France a de profonds problèmes institutionnels et structurels”, estime la journaliste Nabila Ramadani.

Emmanuel Macron, encore un inconnu il y a trois ans, espère que les Français lui donneront une majorité, comme ils l’ont toujours fait avec un nouveau chef d’Etat.

Le régime semi-présidentiel français se caractérise par un pouvoir exécutif double : un président et un Premier ministre qui travaille de concert avec le pouvoir législatif.

Trois principaux scénarios sont donc possibles : le mouvement En Marche! pourrait obtenir la majorité absolue, ou relative, auquel cas, il aurait besoin de former une coalition, mais il conserverait la maîtrise de son agenda. Enfin, un autre parti pourrait obtenir la majorité et il imposerait ainsi son propre agenda.

La France a connu trois périodes de cohabitation : Mitterrand – Chirac en 1986, Mitterrand – Balladur en 1993 -celles-ci n’ont duré que deux ans – et enfin Chirac – Jospin entre 1997 et 2002. Celle-ci est intervenue après une décision du président de dissoudre l’Assemblée nationale avant l‘échéance prévue.

Les responsables politiques ont largement critiqué ce système, car il entraverait l’efficacité gouvernementale.

Aussitôt après la victoire d’Emmanuel Macron, des sondages ont aussitôt donné En Marche! en tête des intentions de vote pour le premier tour des législatives.

Mais selon une autre étude Ipsos Sopra-Steria, 61% des Français ne souhaiteraient pas qu’Emmanuel Macron dispose d’une majorité absolue à l’assemblée.