DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cannes : les secrets de la Palme d'or


cinema

Cannes : les secrets de la Palme d'or

C’est dans un lieu où peu de monde a la chance de pénétrer, à Genève, que la Palme d’or, l’un des trophées les plus convoités au monde est conçue et réalisée.

Nous allons vous révéler les secrets de fabrication de cet objet mythique, la rencontre du monde du luxe et de l’art…

C’est la maison Chopard qui réalise ce chef d’oeuvre depuis 20 ans, Caroline Scheufele en est la directrice artistique et co-présidente : “C’est devenu une histoire d’amour et nous avons aussi vraiment développé notre haute joaillerie avec Cannes. Au sein de cette manufacture nous avons 37 métiers différents des polisseurs, des horlogers, des assembleurs, des orfèvres, tous sont sous le même toit.”

Suivons pas à pas le processus de fabrication de la Palme d’Or. Pas moins de 40 heures de travail sont nécessaires aux artisans de la maison genevoise pour réaliser à la main le trophée.

De la cire chauffée à 70°C environ est injectée dans un moule reproduisant la forme exacte de la Palme et après refroidissement, la cire peut être extraite.

La Palme est ensuite assemblée
sur une tige en cire à l’aide d’un fer à souder permettant d’obtenir un “arbre”.

L’arbre est alors déposé dans un moule de potée. Il sera alors enrobé dans un ciment réfractaire, résistant aux plus hautes températures.

Le moule est alors déposé dans un four pour sa cuisson, jusqu‘à atteindre 760 degrés.

Au four, le revêtement a durci, la cire a fondu, pour laisser seulement l’empreinte de la Palme. D’ou le nom du procédé de “fonte à cire perdue”.

Le moule est ensuite déposé dans une chambre à vide. Et voici le moment qui fait briller les yeux !
118 grammes d’or jaune éthique 18 carats certifié “Fairmined” provenant de Colombie vont être versés et fondus dans l’empreinte du moule.

Après la coulée, le cylindre encore brûlant est trempé dans un seau d’eau froide qui désagrège le revêtement et permet de sortir la Palme encore toute chaude !

Ensuite, place au nettoyage et à la finition… un travail de haute précision ou toutes les scories vont être proprement éliminés…

Une fois le pollisage final réalisé, l’inspection est ultra minutieuse.

“Cette année pour l’anniversaire du Festival, explique Caroline Scheufele, nous avons décidé de faire une Palme encore plus glamour. Nous avons donc monté de tous petits diamants, qui ensemble font 0,70 carats et qui sont comme des flocons de neige répandus sur la Palme ce qui lui donne un brillant supplémentaire. Et la personne qui l’aura, aura quelque chose de très particulier cette année.”

Rendez-vous au 70ème festival de Cannes pour connaître l’heureux gagnant de cette Palme d’or unique…

Sur la base des croquis dessinés par des designers et validés par la directrice artistique, Caroline Scheufele, les professionnels de la Haute Joaillerie procèdent à la création du symbole du Festival de Cannes. Sa fabrication nécessite un total de sept artisans et près de 40 heures de travail, entre la fabrication d’un modèle en cire, la cuisson du moule en plâtre dans un four chauffé à 760 °C, l’injection de l’or dans le moule, le polissage et, enfin, la pose de la palme sur son coussin de cristal.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Coppola, Doillon, Haneke... la sélection du 70e Festival de Cannes

cinema

Coppola, Doillon, Haneke... la sélection du 70e Festival de Cannes