DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crise migratoire : la Commission européenne hausse le ton


Le bureau de Bruxelles

Crise migratoire : la Commission européenne hausse le ton

La Commission européenne lance un avertissement aux États membres qui refusent d’appliquer le système de relocalisation des réfugiés. Sans les nommer l’institution vise en particulier la Hongrie et la Pologne. Un peu plus de 18 000 demandeurs d’asile ont profité de ce dispositif de répartition entre les pays membres, adopté en 2015. Mais ce chiffre reste très loin de l’objectif de relocalisation de 160 000 personnes d’ici le mois de septembre. Pour l’eurodéputé espagnol Juan Lopez Fernando Aguilar, la Commission est dans son droit. “Il doit y avoir une réponse juridique de la Commission européenne qui est la gardienne des traités. Des sanctions doivent être décidées contre les États membres qui n’ont pas la volonté politique de respecter les règles”, explique le parlementaire.
La député européenne hongroise, Kinga Gal, dénonce au contraire ce système qui est “une invitation pour ces centaines de milliers de personnes. C’est aussi une chance pour les trafiquants d‘êtres humains de perpétrer des actes épouvantables”. Le Commissaire européen chargé de la Migration se dit prêt à intervenir prochainement. “Si aucune mesure n’est prise d’ici un mois, je vais devoir agir de mon côté et prendre, je dirais, des mesures juridiques”, souligne Dimitris Avramopoulos. Il estime d’ailleurs toujours possible pour l’Union européenne de respecter son calendrier de relocalisation des demandeurs d’asile arrivés en Italie et en Grèce.

ALL VIEWS

Touchez pour voir