DERNIERE MINUTE

La crise politique a rapidement viré à la panique financière au Brésil. La Bourse de São Paulo a été suspendue pendant 30 minutes ce jeudi, après avoir plongé de 10% peu après l’ouverture.

La décision a été selon la procédure de “circuit breaker”, qui n’avait pas été déclenchée au Brésil depuis la crise de 2008.

Les principaux titres bancaires abandonnaient près de 15%, comme celui du géant du pétrole Petrobras, principale cotation de l’indice Ibovespa.

Sur le marché des devises le real brésilien dévissait de plus de 9% face au dollar.


En Europe, les valeurs les plus exposées au Brésil comme Edenred, Santander et Casino perdaient chacune plus de 4%.

Les marchés craignent que le président Michel Temer, rattrapé dans un scandale sans précédent la veille, ne mène pas les réformes promises dans un pays qui après deux années de récession affiche un taux de chômage de plus de 14%.