DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Merkel-Macron, un nouveau tandem pour l'Europe

Emmanuel Macron a été reçu à Berlin par Angela Merkel dès le lendemain de son investiture en tant que président de la Veme République.

Vous lisez:

Merkel-Macron, un nouveau tandem pour l'Europe

Taille du texte Aa Aa

Emmanuel Macron a été reçu à Berlin par Angela Merkel dès le lendemain de son investiture en tant que président de la Veme République. La chancelière allemande a ainsi reçu son quatrième Président français lors d’une rencontre qui marque le début d’un tout nouveau tandem pour l’Europe et la zone Euro.

allviews Created with Sketch. Point of view

""Du point de vue allemand, il est possible de changer les Traités si cela fait sens""

Le nouveau Président français n’a d’ailleurs pas fait le déplacement pour rien: après des échanges constructifs, comme il l’a lui-même tweeté à l’issue de la rencontre, Angela Merkel a entrouvert la porte à un approfondissement de la zone euro. “Du point de vue allemand, il est possible de changer les Traités si cela fait sens”, a-t-elle déclaré.

Au micro d’Euronews, le spécialiste des affaires européennes Daniel Gros confie son analyse: “Le gouvernement allemand sait qu’il doit montrer sa bonne volonté au nouveau gouvernement français et qu’il doit le soutenir en matière de politique intérieure.”

Il ajoute: “Il n’est cependant pas très clair si Emmanuel Macron veut un budget pour la zone euro ou pour l’Union européenne.”

Néanmoins, continue Daniel Gros, “la plus grande difficulté ne se situe pas entre la France et l’Allemagne. En parallèle, l’Italie rencontre des difficultés fiscales. Même si la France et l’Allemagne parviennent à un accord, les deux pays devraient entraîner l’Italie et cela pourrait s’avérer très difficile.”

Question sécurité, l’optimisme est de rigueur:“La sécurité est le domaine dans lequel un accord serait le plus facile à conclure car, cette fois, ce n’est pas un domaine dans lequel l’Allemagne est en position de force face à une France en position de faiblesse. C’est davantage l’inverse.”