DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Indonésie : A Aceh, les gays sont flagellés en public


monde

Indonésie : A Aceh, les gays sont flagellés en public

La répression anti-homosexuels est de plus en plus dure en Indonésie. Si le fait d‘être gay est autorisé partout dans le pays, la province d’Aceh, elle, utilise encore la loi islamique, la charia.

C’est là que ce mardi doivent, selon une décision de justice, être flagellés en public deux jeunes hommes condamnés pour relations de même sexe.

L’Organisation Human Rights Watch en a appelé au président indonésien Joko Widodo pour faire annuler un châtiment qui, selon l’ONG, s’apparente à de la torture. HRW rappelle que le chef d’Etat indonésien s’est exprimé dans le passé en faveur des LGBT.

La maire d’Aceh, Illiza Sa’aduddin Djamal, s’est donné pour mission de faire revenir “dans le droit chemin” les gays, ou alors de les expulser de sa province manu militari, comme en atteste cette photo vue sur son compte Instagram :

LGBT… Enyahlah dari bumi serambi mekah ini… LGBTperbuatan yg akan merusak dan menghancurkan marwah manusia , karna perbuatan ini jelas melanggar syari'at Islam.. Islam mengedepankan Akhlaqul Karimah.. Maka kami di Banda Aceh menolak secara tegas keberadaan LGBT . Kami membenci dan memerangi prilaku menyimpang dari norma adat dan norma agama.. Yg kami benci dan perangi bukan manusianya tetap perbuatan mereka . Sadarlah, kembalilah kepada jalan yg benar… Satu detik , satu menit nyawa ini sangat berarti utk memperbaiki hubungan dengan Allah SWT… Allah berfirman.. Perbaiki hubungan denganKu akan Aku perbaiki hubunganmu dengan manusia.. Bertaubatlah …perbanyak membaca AlQur'an dan tegakkan shalat, insya Allah,Allah akan kembali meluruskan saudara kita yg khilaf…Allahu Akbar. Allah mengilhami sukma kebaikan dan keburukan , beruntunglah siapa mensucikannya dan merugilah siapa yang mengotorinya….Illiza sa'aduddin djmal( walikota Banda Aceh).

A post shared by Illiza Saaduddin Djamal (@illiza_saaduddin) on

Mais ailleurs dans le pays, des persécutions de ce type sont signalées.

A Djakarta, a police a arrêté 141 hommes soupçonnés de participer à une fête gay dans un sauna. Parmi eux, les organisateurs présumés de la fête, des hommes soupçonnés de se prostituer et des stripteasers. Ils sont passibles de 10 ans de prison.

Depuis quelques temps, l’hostilité contre la petite communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) d’Indonésie va croissant. Des ministres, des conservateurs et des groupes islamistes se sont livrés publiquement à des propos homophobes.

A voir, la chronologie 2016 des déclarations de personnalités indonésiennes sur l’homosexualité... (réalisation HRW)

monde

Dans quel pays, le système de santé est-il le plus performant ?