DERNIERE MINUTE

Prise d'otage du Lindt café : les défaillances de la police de Sydney

Les enquêteurs concluent à une défaillance de la police australienne dans la prise d'otage du Lindt café en décembre 2014.

Vous lisez:

Prise d'otage du Lindt café : les défaillances de la police de Sydney

Taille du texte Aa Aa

Deux ans et demi après la prise d’otage meurtrière du Lindt Café à Sydney, les familles des victimes ont de nouvelles réponses. La cour du coroner qui mène l’enquête, vient d‘établir la responsabilité de la police australienne dans la mort du gérant du café Tori Jonhson. Les enquêteurs ont conclu que les forces de l’ordre n‘étaient pas intervenues assez rapidement après l’un des tirs du forcené.

Je conclus qu’après une brève période qui aurait du permettre aux agents de recueillir des informations pertinentes, une action d’urgence aurait dû être lancée à la suite du premier tir de Man Haron Monis à 2h03. Les dix minutes écoulées sans intervention décisive de la police ont été trop longues. Tori Johnson a été exécuté dans l’intervalle, avant que la police n’ait pris la décision de pénétrer dans le café“, a expliqué le magistrat de la cour du coroner de Nouvelles Galles du Sud, Michael Barnes.

La prise d’otage avait duré 16 heures, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2014. 17 personnes étaient retenues en otage. Une fois l’intervention lancée, les policiers avaient ouvert le feu à vingt-deux reprises après avoir jeté onze grenades aveuglantes dans le Lindt café de Martin Place, au centre de Sydney. Le déséquilibré qui disait agir au nom de Daech avait été abattu. Les enquêteurs australiens avaient déjà conclu que l’autre victime, une femme avocate et mère de famille, avait été tuée par des éclates de balles de la police.