DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'armée philippine traque les djihadistes à Marawi

Les combats, fusillades et explosions, ont fait fuire les habitants de Marawi qui se sont réfugiés dans les localités voisines.

Vous lisez:

L'armée philippine traque les djihadistes à Marawi

Taille du texte Aa Aa

Des troupes armées envoyées par le gouvernement philippin ont commencé à nettoyer Marawi, la ville assiégée par des djihadistes d’Etat islamique, même s’il était difficile de savoir si les islamistes étaient toujours dans cette localité ou s’ils avaient pris la fuite dans les montagnes et la jungle avoisinantes.

Mardi, les combats auraient éclaté après un raid des forces de sécurité contre une cache supposée d’Isnilon Hapilon, qui est considéré comme le chef d’Etat islamique aux Philippines.

Les Etats-Unis affirment qu’il est l’un des terroristes les plus dangereux du monde. Ils ont mis sa tête à prix cinq millions de dollars. C’est également l’un des dirigeants d’Abou Sayyaf, groupe islamiste spécialisé dans les enlèvements crapuleux. Abou Sayyaf, présent sur la plupart des îles les plus méridionales de Mindanao, a enlevé des centaines de Philippins et d‘étrangers contre rançon depuis les années 1990.

Les combats, fusillades et explosions, ont fait fuir les habitants de Marawi qui se sont réfugiés dans les localités voisines.
Il y a deux jours, lorsque qu’une centaine de djihadistes sont entrés dans Marawi, ils ont tué cinq soldats et se sont emparé d’un prêtre et d’un nombre indéterminé d’autres otages dans une église. Ils ont aussi incendié des bâtiments.

Le président des Philippines Rodrigo Duterte a dû imposer la loi martiale dans toute la région méridionale de Mindanao, qui s‘étend sur un tiers du territoire et où vivent 20% des plus de cent millions de Philippins. Il menace désormais de l‘étendre à tout le pays.