DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Législatives britanniques : deux visions divergentes du Brexit

A 10 jours des élections législatives anticipées, le Brexit était au coeur du premier débat télévisé entre la cheffe du gouvernement britannique, la conservatrice Theresa May, et le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn.

Vous lisez:

Législatives britanniques : deux visions divergentes du Brexit

Taille du texte Aa Aa

A 10 jours des élections législatives anticipées, le Brexit était au coeur du premier débat télévisé entre la cheffe du gouvernement britannique, la conservatrice Theresa May, et le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn. Un débat inhabituel puisqu‘à distance. Les deux opposants politiques ne se sont pas vus. Ils ont été interrogés successivement et séparément par le public et le journaliste Jeremy Paxman devant des millions de téléspectateurs.

Theresa May a de nouveau confirmé qu’elle était prête à ne pas signer d’accord de sortie avec l’Union européenne :
Par définition, si je suis prête à dire que pas d’accord est mieux qu’un mauvais accord, c’est que je veux obtenir un bon accord de l’Union européenne.

Le public a attaqué Jeremy Corbyn sur la sécurité, son maillon faible. Mais sur le Brexit, il s’est dit déterminé à trouver une issue, “à faire en sorte qu’il y ait un accord”. La différence est subtile, mais réelle.

Nous acceptons le résultat du référendum. Il a eu lieu, nous l’avons accepté. Et la priorité doit être de négocier un accord pour accéder au marché de libre-échange européen afin de protéger les emplois dans ce pays. C’est ce que nous ferions. Il faut aussi parler des futures relations avec les pays de l’Union européenne, car ils sont, après tout, nos voisins les plus proches.

Theresa May a convoqué ces élections anticipées, trois ans avant la date prévue, pour justement renforcer sa majorité en vue des négociations du Brexit. Mais ces dernières semaines, avant même l’attentat de Manchester et les critiques contre les coupes du gouvernement dans la police, les travaillistes ont rattrapé une partie de leur énorme retard dans les sondages. Les Tories n’ont plus que 10 points d’avance…