DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Accord Paris: la Chine tiendra ses engagements sur le climat


monde

Accord Paris: la Chine tiendra ses engagements sur le climat

La Chine veut tenir ses engagements climatiques et compte voir “les autres” pays l’accompagner, a déclaré jeudi le Premier ministre chinois Li Keqiang, quelques heures avant la décision du président américain Donald Trump sur ce sujet.

“La Chine va continuer à mettre en oeuvre les promesses faites lors de l’accord de Paris” conclu en décembre 2015 pour limiter le réchauffement du climat, a promis le chef du gouvernement chinois à Berlin, après une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel. “Mais bien sûr, nous espérons aussi le faire avec la coopération des autres”, a-t-il ajouté, dans une allusion aux menaces de Donald Trump de sortir de cet accord.

Selon des médias américains, il est probable que le président américain annonce une sortie de l’accord visant à réduire le réchauffement climatique. Pékin avait été, avec l’administration américaine alors conduite par Barack Obama, l’un des principaux artisans de cet accord historique dans lequel 196 pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. “Une fois un certain niveau de développement atteint, la Chine doit adopter un modèle durable, ce qui signifie que nous devons encourager une croissance verte”, a poursuivi M. Li.

Angela Merkel, sans s’exprimer sur la décision de Donald Trump attendue à 19H00 GMT, s’est “réjouie que la Chine se tienne à ses engagements sur l’accord sur le climat”.
Sans jamais prononcer le nom de Trump, les deux dirigeants ont lancé plusieurs allusions transparentes aux positions américaines, quelques jours après les virulentes critiques de la chancelière allemande contre Washington. “Nous sommes tous deux partisans du libre-échange et d’un ordre mondial basé sur les règles”, a lancé d’emblée Mme Merkel, à rebours du ton protectionniste et unilatéraliste affiché par Donald Trump depuis son élection.

Le Premier ministre chinois a de son côté promis de faire en sorte “que les voitures allemandes se vendent bien en Chine”, répondant aux vitupérations régulières de M. Trump contre le “très mauvais” excédent commercial allemand, et en particulier contre les ventes de voitures BMW dans son pays.

Australie

Malaysia Airlines : le déséquilibré ligoté par les passagers