DERNIERE MINUTE

Un parlement pris en otage, que vont faire les Britanniques ?

Les élections britanniques anticipées sont terminées, et il n'y a pas de gagnant clair.

Vous lisez:

Un parlement pris en otage, que vont faire les Britanniques ?

Taille du texte Aa Aa

Les élections britanniques anticipées sont terminées, et il n’y a pas de gagnant clair. Alors quel est le scénario à suivre ?

Le Parlement est qualifié de “Hung parliament”, de parlement indécis ou sans majorité absolue, il est en quelque sorte pris en otage par les résultats du scrutin.

Et sans majorité absolue, ce qui importe, c’est de savoir combien vous pouvez persuader d’autres partis de gouverner avec vous. C’est une question de math et de compromis, d’entente.

En Irlande du Nord, les deux alliés naturels des conservateurs sont le Parti unioniste démocrate, le DUP, et le Parti unioniste de l’Ulster, l’UUP. Mais leur nombre et leur relative puissance dépendent des résultats du Sinn Fein.

Sur le continent, les libéraux démocrates sont le seul parti susceptible de s’associer avec les conservateurs. C’est ce qui s’est passé après l‘élection générale de 2010.
Mais, cette fois-ci, leur chef Tim Farron a exclu toute forme de coalition avec les conservateurs. Son objectif, et il s’est positionné comme tel pendant la campagne, c’est d’en appeler aux europhiles mécontents et de récupérer des députés au parlement pour former une opposition crédible et forte.

Avec une base de soutien plus large, le Parti travailliste pourrait trouver plus facile de former un gouvernement minoritaire. Mais cela pourrait s’avérer fondamentalement instable, et pourrait ne pas durer longtemps.

Alors que se passe-t-il si, ni les conservateurs, ni les travaillistes, ne parviennent à former un gouvernement ?

Les analystes disent que cela est déjà arrivé en 1974, le parti le plus important avait alors continué à gouverner pendant quelques mois avant d’appeler à une autre élection.

La possibilité d’un autre scrutin ne peut donc être exclue.