DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grande-Bretagne : les gagnants et les perdants des élections

Vous lisez:

Grande-Bretagne : les gagnants et les perdants des élections

Taille du texte Aa Aa

Comme dans toute élection, il y a les gagnants et les perdants, et Jeremy Corbin pourrait figurer dans les deux cases.

Certes, le parti travailliste qu’il dirige n’a pas obtenu la majorité, mais il a gagné près de 30 sièges au Parlement.

Le leader du Labour a réclamé la démission de Theresa May qui, dit-il, “a perdu le soutien et la confiance” du peuple.

Jeremy Corbin : “Je pense que tout le monde au sein du parti travailliste et que tous ceux qui ont soutenu le parti travailliste – les jeunes, les vieux, tout le monde – je pense que nous devrions tous être très fiers de ce que nous avons réalisé hier. C‘était la décision de Theresa May de convoquer des élections et elle disait qu’elle faisait cela pour avoir un gouvernement fort et stable. Il ne ressemble pas à un gouvernement stable, il ressemble à un gouvernement qui n’a pas du tout de programme.”

La grande perdante de l‘élection est la Première ministre de l’Ecosse Nicola Sturgeon, dont le parti nationaliste a obtenu 21 sièges de moins qu’en 2015.

Sa volonté d’organiser un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse a donc du plomb dans l’aile.


Son prédécesseur à la tête du SNP Alex Salmond, qui a été battu dans sa circonscription, ne cache pas qu’il a pris “une claque”.

Même sanction pour l’ancien vice-Premier ministre et ancien chef des Libéraux-démocrates Nick Clegg qui va devoir céder le siège de député qu’il occupait à Sheffield depuis 2005.

Les Libéraux-démocrates n’ont pas réussi de percée significative puisqu’ils n’ont obtenu que quatre élus supplémentaires.