DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Brexit : Theresa May n'a plus les coudées franches


Royaume-Uni

Brexit : Theresa May n'a plus les coudées franches

Premier conseil des ministres britanniques depuis les élections de jeudi. Les résultats aux législatives anticipées, très décevants pour les Conservateurs, mettent Theresa May dans une position délicate. Lundi, elle rencontrait les députés de son parti. Résultat: même si elle est très critiquée, elle devrait rester en place dans l’immédiat.
Concernant l’autre dossier brûlant, le Brexit, le revers conservateur aux législatives réduit la marge de manœuvre de Theresa May, favorable à une sortie dure. Quelle attitude va-t-elle désormais adopter ? Pour les représentants de l’Ecosse, May doit adoucir sa position. “L’approche qu’a prise le gouvernement, un Brexit dur, est finie. J’appelle aujourd’hui à une nouvelle approche qui inclue davantage de voix, les quatre nations du Royaume Uni et surtout qui met l’appartenance au marché unique en son cœur.”, a déclaré Nicola Sturgeon, Première ministre indépendantiste écossaise.

Mais Theresa May est toujours poussée à l’intransigeance par l’aile dure de son parti, incarnée par le ministre du brexit, David Davis. Ce dernier a déclaré lundi que le Royaume-Uni pouvait toujours sortir sans accord de l’Union. Toujours selon M. Davis, une sortie du marché unique européen est nécessaire “pour reprendre le contrôle” des frontières britanniques.
De nombreux analystes cependant estimaient lundi que Mme May pourrait être contrainte d’abandonner l’idée d’un Brexit “dur” et de devoir maintenir le pays dans l’union douanière et le marché unique européen.
Pour le directeur général du géant de la publicité WPP, Martin Sorrell, cité par le quotidien économique gratuit City A.M., le résultat de ces élections a “paradoxalement” renforcé les chances d’avoir un Brexit “doux”. Des négociations qui devaient commencer le 19 juin. D’après des proches du dossier, elle pourraient être repoussées.