DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ligne directe avec Vladimir Poutine


Russie

Ligne directe avec Vladimir Poutine

Vladimir Poutine s’est prêté au jeu des questions-réponses avec les téléspectateurs russes ce jeudi, pendant près de quatre heures. Il a surtout été interpellé sur les difficultés économiques auxquelles doivent faire face les habitants, beaucoup moins sur les manifestations organisées lundi dernier et l’arrestation de son principal opposant Alexeï Navalny.

Vladimir Poutine : “Les membres de l’opposition exploitent les problèmes. Il ne faut pas les exploiter, mais offrir des solutions. Ceux qui proposent des solutions méritent toute notre attention, et ont le droit de dialoguer avec ceux qui sont au pouvoir. C’est d’ailleurs ce que nous ferons.”

Le chef du Kremlin a soigneusement éludé toutes les questions sur son éventuelle candidature à la présidentielle de l’an prochain, refusant de dire s’il allait briguer un quatrième mandat.


Il a été beaucoup plus bavard sur les relations avec l’Amérique qui, a-t-il dit, “n’est pas notre ennemie”.

Vladimir Poutine : “Nous avons travaillé avec les Etats-Unis sur le problème nucléaire iranien et nous avons fini par trouver une solution. Donc il y a des exemples positifs de notre coopération. Et l’administration précédente a reconnu le grand rôle que nous avons joué dans la résolution de ce problème. Nous pouvons travailler ensemble. Bien sûr que nous le pouvons.”

Ce qui ne l’a pas empêché de lancer une pique à l’administration Trump en affirmant qu’il était prêt à offrir l’asile politique à l’ancien patron du FBI, James Comey. Il s’est aussi félicité des opérations militaires menées en Syrie, et a souhaité, d’un point de vue plus personnel, que ses petits-enfants puissent “grandir comme des enfants normaux.”


Belgique

L'aéroport de Bruxelles paralysé par une panne d'électricité