DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Entrepreneurs, échangez votre expérience partout en Europe


business planet

Entrepreneurs, échangez votre expérience partout en Europe

Créer son activité, la développer à l’international, ce n’est pas chose facile. À Berlin, une jeune chef d’entreprise y est parvenue avec l’aide du programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs. Le dispositif a déjà permis la mise en relation de près de 5000 nouveaux entrepreneurs avec un homologue plus expérimenté à l‘étranger.

  • “Erasmus pour jeunes entrepreneurs” est un programme transfrontalier de l’Union européenne qui vise à faciliter les échanges d’expérience entrepreneuriale et managériale.
  • Le programme met en contact un nouvel entrepreneur qu’il ait déjà créé ou qu’il projette de lancer son activité avec le dirigeant chevronné d’une PME dans un autre pays.
  • Cet échange est financé en partie par l’Union européenne dans le cadre du programme COSME.
  • Depuis le lancement de ce programme d‘échanges, plus de 5000 mises en relation ont été soutenues.
  • La prochaine étape consiste à étendre la zone géographique où le programme s’applique, notamment dans d’autres pays extérieurs à l’Union.

Liens utiles

Notre reporter Faruk Can a rendez-vous à Berlin, avec Thomas Berger, l’un des coordinateurs du programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs en Allemagne.

Faruk Can, euronews :
“Quel est son objectif ?”

Thomas Berger :
“Erasmus rapproche les nouveaux entrepreneurs et leurs homologues expérimentés dans un pays différent pour qu’ils partagent leur expérience et aient de nouvelles perspectives.”

Faruk Can :
“Combien de participants avez-vous eu jusqu‘à présent ?”

Thomas Berger :
“Ce programme a permis près de 5000 mises en relation entre des nouveaux entrepreneurs et leur entrepreneur d’accueil.”

Clientèle internationale

Pour mieux comprendre en quoi consiste ce dispositif, nous rencontrons une “nouvelle” chef d’entreprise qui en a bénéficié. Il s’agit de Dilek Topkara dont la spécialité est la création de gâteaux. Diplômée en sciences et technologies de l’alimentation, elle a participé à “Erasmus pour jeunes entrepreneurs” il y a quelques années. Elle a travaillé au Royaume-Uni, pendant six mois, avec un entrepreneur plus expérimenté. Les compétences qu’elle a alors acquises l’ont aidé à concrétiser son projet de magasin qu’elle a finalement ouvert en 2013 à Berlin. “J’ai toujours voulu mélanger mes différentes cultures dans ma vie professionnelle et ce programme m’a vraiment aidé à toucher une clientèle internationale,” nous raconte-t-elle.

La jeune femme s’appuie largement sur le web pour communiquer en Allemagne et à l‘étranger. Elle participe à des évènements internationaux dédiés à la pâtisserie comme à Vienne et Venise. Un succès qui lui permet aujourd’hui d’employer quatre personnes dans son magasin et de publier son premier livre de recettes en septembre.

Bientôt, elle accueillera même un nouvel entrepreneur venu de l‘étranger. “J’ai eu l’occasion grâce à ce programme, d’acquérir des compétences utiles pour diriger mon entreprise, dit-elle. Je suis contente et enthousiaste à l’idée de partager cela avec de nouveaux entrepreneurs et de donner quelque chose en retour,” souligne-t-elle.

Étendre le programme à l’extérieur de l’UE

Faruk Can poursuit son entretien avec Thomas Berger, coordinateur du programme Erasmus pour jeunes entrepreneurs.

Faruk Can :
“Quel est le prochain objectif du programme ?”

Thomas Berger :
“Nous voulons l‘étendre à de nouveaux pays à l’extérieur de l’Union européenne et nous voulons créer un réseau d’anciens participants pour pouvoir rester en contact avec eux.”

Un entrepreneur qui vient de monter ou prévoit de lancer son activité peut ainsi, partir travailler aux côtés d’un homologue chevronné dans un autre Etat membre ou dans dix pays extérieurs à l’Union. Le nouvel entrepreneur perçoit une bourse mensuelle et gagne en compétences. L’entrepreneur d’accueil noue de nouveaux contacts et élargit son horizon commercial.

Faruk Can s’adresse de nouveau à Thomas Berger. “A qui s’adresse ce programme ?” lui demande-t-il.

Thomas Berger :
“Les nouveaux entrepreneurs quel que soit leur âge se portent candidats avec leur concept et une perspective internationale. Les entrepreneurs d’accueil doivent avoir au moins trois ans d’expérience en tant que dirigeant d’entreprise.”

business planet

Initiative PME : le coup de pouce européen aux entreprises maltaises