DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Survivre à Mossoul

Pour survivre, les déplacés, qui ont quitté la partie de Mossoul où les combats font rage, vendent ce qu'il leur reste sur un marché

Vous lisez:

Survivre à Mossoul

Taille du texte Aa Aa

Dans la ville irakienne de Mossoul, ceux qui ont survécu à la guerre tentent désormais de survivre tout court. Sur ce marché, dans la partie Est de la ville, reprise par les forces irakiennes à l’Etat islamique il y a cinq mois, les réfugiés tentent de vendre le peu qu’il leur reste. C’est le cas d’Alaa Samir.

“Les groupes extrémistes ont trouvé ma maison, ils ont brûlé ma voiture et ma maison. Ils ont tué mes deux fils et d’autres membres de ma famille. Ils ont tout saccagé, il ne me reste presque plus rien.”

D’après le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, 100.000 civils seraient toujours pris au piège dans la Vieille ville de Mossou, où les combats font rage.

“Quand vous avez un sniper sur votre toit, qui est la cible de tirs d’artillerie, vous pouvez imaginer la situation de pénurie et de terreur dans laquelle on vit, incapable de fuir, et sachant que si l’on essaie de fuir, si l’on est pris, on sera tué”, explique Bruno Geddo, le représentant du JHaut-Commissariat en Irak.

Si fuir les combats est désormais très difficile, au cours des derniers mois, plus de 800.000 personnes l’ont. Beaucoup ont été hébergées dans des camps du HCR.