DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gouvernement français : les femmes prennent le dessus, enfin !


France

Gouvernement français : les femmes prennent le dessus, enfin !

C’est si rare qu’on peut le souligner. Plus de femmes se sont assises autour du président français, Emmanuel Macron, ce jeudi à la table du Conseil des ministres; il faut toutefois relativiser puisque qu’elles étaient 15 contre 14 hommes, une parité parfaite si l’on ajoute le Premier ministre, Edouard Philippe. Parmi les 11 nouveaux visages, peu connus du grand public, à entrer dans le gouvernement d’après législatives, la gent féminine l’emporte également, d’une tête !

En plus, les femmes prennent du poids dans les grands ministères, quatre viennent de leur être attribués : la Justice, que François Bayrou, dont le parti MoDem est sous le coup d’une enquête pour emplois fictifs présumés, a dû abandonner, le ministère des Armées, déserté aussi par prévention par Sylvie Goulard, les Affaires européennes, laissées à contrecoeur par Marielle de Sarnez toujours à cause de l’enquête sur le MoDem, enfin un nouveau portefeuille rattaché au ministère de l’Intérieur.


Elles veulent se faire un nom avec Macron

Sous la Vème République, peu de femmes ont été ministres de la Justice : Nicole Belloubet n’est que la sixième. Agée de 62 ans, agrégée de droit public, elle a effectué une grande partie de sa carrière dans l’Education nationale, notamment comme rectrice des académies de Limoges et Toulouse. Elle a quitté cette voie, lassée et fâchée par le manque de moyens. Parallèlement, Nicole Belloubet, veuve, mère de trois enfants, a exercé des mandats politiques locaux sous l‘étiquette socialiste. Depuis 2013, elle est membre du Conseil constitutionnel.



Florence Parly, nouvelle ministre de la Défense, revient en politique par la grande porte à l‘âge de 54 ans. Depuis un peu plus de dix ans, elle préférait se mettre au service de grandes entreprises publiques, Air France, la SNCF, entre autres.

Enarque, elle avait pourtant plongé dans le bain de la vie publique dès l‘âge de 36 ans, en devenant début 2000 secrétaire d’Etat au Budget dans le gouvernement socialiste de Lionel Jospin. La force de cette mère de deux enfants, c’est justement son expertise budgétaire. On n’y pense pas mais c’est une arme pour négocier le budget de la Défense, qui fait toujours l’objet d‘âpres batailles avec le ministère de l’Economie.


Nathalie Loiseau, elle, était dans l’antichambre de la politique depuis 2012, en tant que directrice de l’ENA, l’Ecole nationale d’administration. A 53 ans, cette proche de l’ancien Premier ministre de droite, Alain Juppé, prend en charge les Affaires européennes. Diplômée notamment de l’Institut national des langues et civilisations orientales, en chinois, elle a une longue expérience dans le domaine de la diplomatie : elle a été secrétaire d’ambassade en Indonésie, au Sénégal, au Maroc, et porte-parole de l’ambassade de France aux Etats-Unis.


Lentement mais sûrement, Jacqueline Gourault a grimpé les marches du pouvoir jusqu‘à son entrée, à 66 ans, au ministère de l’Intérieur aux côtés de Gérard Collomb. Dès 1974, elle s‘était engagée dans la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing. En 1989, elle devenait maire de La Chaussée-Saint-Victor, en Loir-et-cher, et cela pour 25 ans. En 2001, elle entrait au Sénat, en 2014, elle en devenait la vice-présidente.

En arrivant au gouvernement, Jacqueline Gourault comble un peu le vide laissé par les sortants du MoDem. Depuis une trentaine d’années, elle est la meilleure confidente de François Bayrou.