DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Cannes Lions : la communication créative fait son festival


Business Line

Cannes Lions : la communication créative fait son festival

Au festival international Cannes Lions, des entreprises du monde entier viennent célébrer la créativité dans la communication et la publicité et donner leur vision de ce que sera 2017 dans le contexte de la révolution numérique qui oblige ce secteur à se réinventer.

Le festival Cannes Lions est le plus grand rendez-vous mondial des professionnels de la publicité, des créateurs et des spécialistes de l’innovation et du marketing dans le numérique. Tous sont sur la Croisette pour analyser les nouveautés et les défis et lancer des tendances. Mais ils viennent aussi dans l’espoir de remporter l’un des Lions, des récompenses prestigieuses décernées dans plusieurs catégories. Notre reporter Oleksandra Vakulina s’est entretenue sur place, avec une série d’invités.

“Nouvelles sources de revenus” pour l’industrie musicale

Oleksandra Vakulina, euronews :
“Je me suis entretenue avec le président 2017 du jury du prix dédié à la musique pour lui demander comment le vainqueur est désigné. Olivier Robert-Murphy, responsable mondial “Nouvelles activités” du groupe Universal Music, a évoqué également la manière dont son secteur a dû évoluer pour survivre à la révolution numérique.”

Olivier Robert-Murphy, responsable mondial “Nouvelles activités” du groupe Universal Music :
“Le jury regarde toutes les vidéos et fait une première sélection avant d’arriver ici, une semaine avant le jour de la remise des prix. Pendant la semaine, on passe en revue chaque vidéo, l’une après l’autre, non-stop, pendant cinq jours ! Et ensuite, le jour le plus intéressant – en tout cas pour moi -, c’est le dernier jour quand on entame un débat intense pour déterminer qui devrait gagner.
En résumé, c’est une expérience fantastique. Dans le jury, nous avions un compositeur, des créatifs, des gens de l‘édition musicale, des grands labels et des artistes comme Wyclef Jean et toutes ces personnes ont contribué avec leurs différentes connaissances et expériences qui sont incroyables.
C’est vrai que l’industrie musicale a été la première à être remise en cause par le monde numérique. Mais aujourd’hui, c’est devenu une énorme opportunité.
En l’espace de dix ans, qu’avons-nous fait ? Nous nous sommes transformés, nous avons relevé nos manches, développé des outils, de nouvelles sources de revenus. Aujourd’hui, d’après les chiffres qui sont rendus publics, notre secteur a progressé de 4,9% l’an dernier. Cela montre combien ces défis sont devenus des opportunités immenses.”

Shazam : “On est les partenaires de tout le monde”

Oleksandra Vakulina :
“Tous ceux qui ont un smartphone et qui aiment la musique connaissent forcément Shazam, un pionnier sur le marché numérique. Avec ses 120 millions d’utilisateurs actifs mensuels, l’application a bouleversé notre mode de consommation de la musique. Son directeur des revenus nous explique que la stratégie de son entreprise consiste à coopérer plutôt qu‘à jouer la compétition.”

Greg Glenday, directeur des revenus de Shazam :
“On n’a pas de concurrents, d’ennemis naturels. On est partenaire de Spotify, Pandora, Amazon music, Google play, Apple music, de tous ceux qui distribuent de la musique… On est une plateforme de découverte, donc on doit être un peu comme la Suisse : quand quelqu’un s’intéresse à de la musique sur Shazam, on lui permet de la consommer comme il le souhaite. Cela rapporte : on est invité à plus de fêtes parce qu’on est partenaires avec tout le monde ! [rires] Et [plus sérieusement,] cela rapporte parce qu’en étant ouverte, notre plateforme est intéressante pour les marques, ce qui participe au financement de notre activité. Les sujets majeurs à Cannes ? La réalité augmentée – la réalité virtuelle depuis l’an dernier -. Beaucoup de gens se positionnent sur les technologies de réalité augmentée, mais peu ont comme nous, des milliards de téléchargements. C’est ce qui nous donne une longueur d’avance sur ce marché.”

Réalité virtuelle : “Des expériences immersives intenses”

Oleksandra Vakulina :
“YouTube a révolutionné la manière dont nous découvrons du contenu sur internet. Sa directrice générale pour les solutions vidéo et YouTube s’accorde à dire que la réalité augmentée, c’est la prochaine grande tendance. Je lui ai demandé ce que cela allait changer concrètement dans nos vies.”

Debbie Weinstein, directrice générale pour les solutions vidéo et YouTube :
“Dans le numérique, nous nous réinventons constamment. Donc quand on parle de la prochaine génération de technologies comme la réalité virtuelle et des choses de ce genre, on n’en est vraiment qu’au tout début. Je crois que le plus enthousiasmant reste à venir.
La réalité virtuelle, c’est vraiment l’opportunité de vivre des expériences immersives intenses. C’est comme si on était sur place, au premier rang d’un concert par exemple. Je pense aux choses qu’on vient de lancer à la conférence Google I/O comme de pouvoir vivre une expérience de réalité virtuelle avec un ami. C’est comme si à deux, à trois ou en groupe, vous étiez au premier rang lors d’un concert de votre artiste préféré. Vous vivez tous cette expérience en même temps, mais vous n‘êtes pas réellement sur place.”

Essor des plateformes chinoises

Oleksandra Vakulina :
“Youtube et Shazam sont devenus des noms familiers à travers le monde. Leurs concurrents chinois ne sont peut-être pas aussi connus, mais leur potentiel est grand. Le cabinet de conseil PricewaterhouseCoopers (PwC) a recensé rien qu’en 2016, plus de 46.000 start-up qui en Chine, bousculent les modèles économiques traditionnels.”

Clement Yip, directeur des services numériques chez PwC Chine et Hong Kong :
“Ces start-up sont nombreuses à fournir de plus en plus de meilleurs services, des services plus pratiques. Par exemple, il y a quelques années, les applications de partage de voitures – similaires à des services de voiture privés – ont été lancées et elles sont devenues très populaires en Chine. Donc en 2015, peu après leur lancement, je crois qu’elles ont enregistré environ 8 millions de commandes par jour et la prévision pour 2018, ce serait jusqu‘à 37 millions de commandes par jour. Donc c’est vraiment fascinant et beaucoup de ces services vont continuer d‘évoluer.”

“Les consommateurs voudront posséder leurs données”

Oleksandra Vakulina :
“Aujourd’hui, il nous suffit d’avoir un smartphone pour travailler, réserver une voiture, commander à manger, regarder une vidéo, écouter de la musique, lire, etc. Nous sommes nombreux à passer nos journées sur nos mobiles et à ne pas pouvoir nous en passer trop longtemps. Cette tendance ne devrait guère changer à l’avenir. Toutes les entreprises présentes à Cannes sont d’accord sur ce point. Mais cela soulève une autre question : celle de la confidentialité et du partage de nos données que nous ne prenons peut-être pas encore assez au sérieux.”

Alex Cheeseman, directeur stratégies chez Storyful :
“Je crois qu’on va assister à un changement majeur chez les consommateurs : ils voudront posséder leurs données. Et une question va se poser : ‘Qu’est ce que ça veut dire pour le reste du monde ?’
Aujourd’hui, les consommateurs ne se soucient pas vraiment de leurs données, ils les donnent à n’importe quel site. Vous cochez la case et vous ne lisez pas les conditions. Je suis sûr que vous avez fait cela sur des centaines de sites ces dernières années. Les gens ne se préoccupent pas de leurs données tant qu’elles ne sont pas utilisées à mauvais escient. Et à ce moment-là, ils réalisent que la seule solution pour protéger leurs données, c’est de les conserver eux-mêmes.
Quand les gens conserveront leurs données, qu’est-ce que ça voudra dire pour les publicitaires, les plateformes sociales ? Il y aura un échange de valeur. Dans les deux à cinq ans qui viennent, cela aura un impact énorme.
Autre question : l’intelligence artificielle – l’assistance personnelle – qui nous aidera à prendre des décisions et cela fait peur parce qu’alors, on ne poura plus se retrouver face à quelqu’un et lui dire : ‘Fais autrement’, notre assistant personnel le fera tout simplement pour nous.”