DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les pays européens où l’on souffre le plus de solitude


Monde

Les pays européens où l’on souffre le plus de solitude

Six pourcent de la population européenne n’a personne à qui demander de l’aide ou à qui parler de ses problèmes personnels.
30 millions de personnes sont donc complètement isolées à travers l’Union.

L’Italie (13,2%) et le Luxembourg (12,9%) sont les deux pays où le plus de personnes ne peuvent se tourner vers aucun proche, ami ou voisin pour trouver de l’aide, avec plus du double de la moyenne européenne.

Les Français (12,4%) sont les plus isolés quand il s’agit de pouvoir discuter de ses problèmes personnels avec quelqu’un suivi des Italiens (11,9%) qui cumulent donc ces deux critères d’isolement.

C’est ce que montre une enquête récemment publiée par Eurostat, le centre de statistiques de l’Union européenne, qui étudie la solitude et l’isolement social en Europe.

Les personnes isolées : principalement des hommes célibataire âgés et pauvres vivant en ville

N’avoir personne vers qui se tourner pour chercher de l’aide ou à qui raconter ses soucis personnels est un mal qui touche en priorité les hommes (6,3% et 6,7% respectivement), les personnes âgées de plus de 75 ans (6,9% et 9,2%) et les célibataires (7,1% et 9,1%).

On pourrait croire les habitants des zones rurales plus isolées mais ce n’est pas le cas. La majorité des personnes sans soutien habitent les grandes villes (6,4% et 6,1%).

Contrairement aux idées reçues, l’argent n’isole pas et la pauvreté ne rapproche pas les personnes car plus les revenus des Européens sont faibles, plus ces personnes ne peuvent trouver de l’aide dans leur entourage (9,4% pour les bas revenus contre 3,8% pour les revenus les plus hauts) ou parler de leurs problèmes autour d’elles (9,7% contre 3,4%).

L’Italie et les Pays-bas, pays où les liens sociaux sont les plus fragilisés

L’Italie et les Pays-bas sont les deux pays où l’on trouve le plus de personnes isolées sur l’ensemble des deux critères.
L’Italie est, en effet, en tête sur le critère de l’aide (13,2%) et en seconde place sur l’absence de personne à qui parler (11,9%). Les Pays-Bas se positionnent respectivement à la troisième (10,2%) et la quatrième place (8,3%).

La situation est d’autant plus préoccupante aux Pays-Bas que l’évolution n’est pas bonne entre 2013 et 2015 sur ces deux critères.
A l’inverse, la Grèce, a connu un revirement spectaculaire entre ces deux années, les personnes se plaignant de n’avoir personne à qui demander de l’aide chutant de 18,5% à 3,8% entre 2013 et 2015 et de 23,2% à 3,6% sur le critère d’un proche à qui parler.

Les personnes âgées les plus isolées se trouvent à nouveau aux Pays-Bas (1ere et 4e position) et en Italie (3e et 2e).

Les Pays-bas négligent particulièrement sa population de plus de 75 ans, les écarts étant plus grands entre cette population et les autres tranches d’âge que dans n’importe quel autre pays.

La situation en France et en Belgique

La France (6,9%) et la Belgique (7,8%) font un peu moins bien que moyenne européenne sur le critère de l’aide que les habitants peuvent solliciter autour d’eux. Et si la Belgique (6,8%) maintient cette position moyenne sur le fait pour ses habitants de n’avoir personne avec qui discuter de ses problèmes, la France (12,4%), rappelle-on le, possède la population la plus isolée de toute l’Union sur ce critère.

Les personnes âgées françaises de plus de 75 ans en souffrent tout particulièrement (20,6%) alors qu’elles ne sont plus que 8,2% à déclarer n’avoir personne à qui demander de l’aide.
Les seniors belges sont moins bien lotis sur les deux critères (10,5% et 12,3%) que la moyenne européenne (6,9% et 9,2%), mais ne se distinguent pas particulièrement en la matière.

En résumé

Plus d’infos: