Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Inde : la nouvelle TVA fait peur

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Inde : la nouvelle TVA fait peur

<p>Une cérémonie parlementaire spéciale s’est tenue en Inde, pour l’entrée en vigueur de la <span class="caps">GST</span>. Ce sont les initiales de la nouvelle <span class="caps">TVA</span> harmonisée. Une réforme fiscale majeure sensée simplifier le commerce et moderniser l‘économie de l’Inde, en harmonisant les taxes de ses différents Etats. <br /> Présentée comme la plus importante mesure fiscale depuis l’indépendance de l’Inde en 1947, le Premier ministre Narendra Modi a expliqué que “la <span class="caps">GST</span> est un système simple et transparent qui empêche la génération d’argent sale et la corruption.” </p> <p><blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">En <a href="https://twitter.com/hashtag/Inde?src=hash">#Inde</a>, Modi veut une seule <a href="https://twitter.com/hashtag/TPS?src=hash">#TPS</a> au lieu de 29… Ça commence hier? <a href="https://t.co/147tVaZYCc">https://t.co/147tVaZYCc</a> via <a href="https://twitter.com/LesEchos"><code>LesEchos</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/GST?src=hash">#GST</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/India?src=hash">#India</a></p>— Pierre Jury (</code>PierreJury) <a href="https://twitter.com/PierreJury/status/770987436998524928">31 août 2016</a></blockquote><br /> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Mais la réforme contrarie les consommateurs et les commerces, dont certains sont restés fermés en signe de protestation. Le monde des affaires est en panique et la plupart des entreprises absolument pas prêtes pour le nouveau système. Pensée à l’origine comme une <span class="caps">TVA</span> à taux unique, la <span class="caps">GST</span> aura finalement pas moins de quatre taux – 5, 12, 18 et 28%. <br /> La taxation de chaque produit a fait l’objet d‘âpres tractations. <br /> Avant sa mise en oeuvre les Indiens se précipitaient pour acheter, par crainte d’une flambée des prix.</p>