DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Simone Veil va entrer au Panthéon avec son époux


France

Simone Veil va entrer au Panthéon avec son époux

Simone Veil a été de tous les combats du XXème siècle : pour survivre à l’extermination des Juifs d’Europe organisée par le régime nazi, puis transmettre la mémoire de ses millions de victimes, pour défendre le droit des femmes françaises à disposer librement de leur corps, pour oeuvrer en faveur de la pacification et de la reconstruction de l’Europe. Elle a gagné légitimement sa place au Panthéon, ce qu’a annoncé le président français lors de l’hommage national qui a été rendu à la grande dame ce mercredi à l’hôtel des Invalides à Paris.


Simone Veil s’est éteinte vendredi dernier, 13 jours avant de fêter ses 90 ans. Pour la cérémonie, son cercueil a été porté par des Gardes républicains au centre de la Cour d’honneur, où le président Emmanuel Macron a prononcé son éloge funèbre, rappelant que ses combats restent tellement d’actualité. Le chef de l’Etat a confirmé ce que beaucoup attendaient : Simone Veil va entrer au Panthéon avec son époux, après l’accord de la famille. Le Chant des Marais, à l’origine composé par des déportés politiques allemands, a été interprété lorsque la dépouille a quitté les Invalides.


Rescapée de la barbarie nazie

Simone Jacob a 16 ans. Elle est arrêtée par la Gestapo avec sa soeur Madeleine, dite “Milou”, et sa mère Yvonne, le 30 mars 1944 à Nice. Toutes trois sont envoyées à Drancy puis déportées dans le camp d’extermination nazi d’Auschwitz. Une autre soeur, Denise, entrée dans la résistance, est déportée de son côté à Ravensbrück. Le père et le frère, eux, disparaîtront en Lituanie.

Simone Veil et sa soeur survivront notamment parce qu’elles étaient employées pour les usines Siemens dans un camp de travail du complexe d’Auschwitz-Birkenau. Face à l’avancée des troupes soviétiques, en janvier 1945, elles seront évacuées vers Bergen-Belsen. C’est là que leur mère, Yvonne, atteinte du typhus, mourra le 15 mars, un mois à peine avant la libération du camp par les troupes britanniques.


Auteure de la loi légalisant l'IVG

C’est son combat acharné pour faire adopter une loi légalisant l’interruption volontaire de grossesse qui a fait de Simone Veil la personnalité politique la plus populaire de France, et pendant longtemps. Elle était alors ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, en 1974.

Le 26 novembre, elle monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre son projet. Sur les bancs, il y a 481 hommes pour seulement 9 femmes députées, mais dans le public, la majorité est féminine. Pendant trois jours et deux nuits, elle affrontera les pires insultes, y compris de ses collègues de droite. Le 29 novembre, c’est historique, sa loi est adoptée par 284 voix contre 189.


Militante de la cause européenne

Survivante à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, Simone Veil a la conviction qu’il faut se réconcilier avec les Allemands car elle a peur, confie-t-elle, d’un troisième conflit. Alors, quand le président français, Valéry Giscard d’Estaing, lui demande fin 1978 de prendre la tête de la liste de l’UDF pour les élections au Parlement européen, elle dit “oui”.


En juin 1979, elle devient la première présidente du Parlement européen, élue dès la première séance, au troisième tour. Elle renonce à son poste de ministre de la Santé pour diriger l’exécutif européen jusqu’en 1982. Elle siégera ensuite comme eurodéputée jusqu’en 1993.


Simone Veil est inhumée ce mercredi au cimetière parisien du Montparnasse. Elle va reposer auprès de son mari, Antoine Veil, décédé en 2013.