DERNIERE MINUTE

A la veille du sommet du G20, l’Union européenne et le Japon envoient un signal contre le protectionnisme américain. Les 28 et Tokyo ont conclu à Bruxelles un accord politique de libre-échange. Le Premier ministre japonais espère que cette initiative relancera ainsi le TPP, le traité transpacifique, dénoncé par Washington. “Pour le moment dans le cas du TPP, les Etats-Unis se sont retirés. Dans le même temps, le Japon et l’Union européenne sont parvenus à un accord de principe sur les éléments fondamentaux de nos échanges. Je pense que cela aura un impact positif sur le TPP”, estime Shinzo Abe.
La politique protectionniste du président américain a accéléré les discussions entre l’Union et Tokyo. Pour le président du Conseil européen le multilatéralisme reste la voie à suivre. “Alors que certains annoncent le retour de l‘époque de l’isolationnisme et de la désintégration, nous démontrons que ce n’est pas le cas, que le monde n’a pas besoin de revenir 100 ans en arrière”, assure Donald Tusk.

A l’instar des autres traités commerciaux internationaux, cet accord de libre-échange soulève des inquiétudes au sein de la société civile. Pour la secrétaire générale de la Fédération européenne des services publics, le secteur public doit être préservé. “Ils devraient accentuer la pression sur une marchandisation des services comme la santé, l‘éducation, l’eau, les systèmes sanitaires. Des domaines où il est important d’avoir un très bon cadre de régulation et de protection pour être certain de répondre aux besoins fondamentaux “, explique Penny Clarke.
L’accord définitif devrait être conclu d’ici la fin de l’année. Le Japon devrait par exemple supprimer progressivement les droits de douanes sur les produits laitiers. En contrepartie les Européens ouvriront leur marché à l’industrie automobile japonaise.