DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Venezuela : le Parlement évacué après 9 heures de siège


Venezuela

Venezuela : le Parlement évacué après 9 heures de siège

Des partisans du président Nicolas Maduro ont pris d’assaut l’Assemblée nationale, l’unique institution du pays contrôlée par l’opposition. Ils ont ensuite pris en otage des députés et des journalistes pendant 9 heures : sept élus ont été blessés, de même qu’une dizaine d’employés. Cinq blessés ont dû être hospitalisés.

Le président de l’Assemblée Julio Borges a attribué cette opération à des groupes civils pro-gouvernement, armés par l’exécutif selon l’opposition.

Quiconque voit ces images de l’assemblée nationale peut se méprendre. Ils peuvent croire que nous faisons face à un gouvernement fort. Ils ont tort. Un gouvernement qui fait cela à son parlement est un gouvernement faible, un gouvernement déchu, c’est un gouvernement lâche.

Tout avait commencé par une manifestation et un discours du ministre de la défense et du chef des armées devant l’assemblée. Les forces de l’ordre ont fini par faire évacuer le parlement à la tombée de la nuit, mais il fallu plusieurs tentatives. La centaine de partisans du gouvernement et de Maduro détenaient des grenades assourdissantes et les faisaient exploser. Le président vénézuélien dit condamner cette action.

Cet incident est survenu alors que le Venezuela traverse sa pire crise économique et politique depuis des décennies et est secoué par une vague de manifestations qui a fait 91 morts en trois mois.
Le président Maduro, qui dénonce des projets visant à le renverser avec le soutien de Washington, a récemment lancé un projet d’assemblée Constituante, dont les membres seront élus le 30 juillet.







L’agence de presse Reuters a par ailleurs obtenu des documents de l’armée faisant état de l’arrestation de 123 militaires arrêtés et emprisonnés depuis le début de la contestation en avril. Ils sont accusés de trahison, désertion et rébellion. L’armée soutient encore la présidence de Maduro.