DERNIERE MINUTE

Du taekwondo pour redonner confiance aux réfugiés

Dans le camp de réfugiés d'Azraq, en Jordanie, des enfants syriens suivent des cours de taekwondo.

Vous lisez:

Du taekwondo pour redonner confiance aux réfugiés

Taille du texte Aa Aa

Les arts martiaux pour reprendre confiance en soi et en son avenir… Dans le camp de réfugiés d’Azraq, au beau milieu du désert jordanien, des dizaines d’enfants Syriens suivent des cours de taekwondo. Une initiative lancée l’an dernier par le Haut-commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés et la Fédération mondiale de taekwondo. Parmi ces jeunes recrues, deux soeurs de 12 ans, Rayan et Zeinab.

“Je voudrais devenir championne du monde, nous dit Rayan. Je voudrais que les gens sachent comment une petite fille a découvert le taekwondo et est devenue capable de se défendre.”

“Elles adorent le taekwondo et elles ont de grandes ambitions, confirme Asef Sabbah, leur professeur. Elles veulent devenir championnes. Elles ont même commencé à suivre l’actualité des professionnels du taekwondo.”

L’an dernier, ces deux soeurs – aujourd’hui âgées de 12 ans – ont fui la guerre dans leur pays. Dans ce camp, à une centaine de kilomètres d’Amman, la capitale jordanienne, elles ont trouvé un toit, comme 35.000 autres réfugiés syriens. Mais elles rêvent déjà d’ailleurs, et leur entraîneur sud-coréen n’y est pas étranger.

“L’entraîneur nous a montré des photos de la Corée du Sud; raconte Zeinab. On a vu des filles se tenant près des arbres et de belles choses. Je suis tout de suite tombée amoureuse de cet endroit.”

Pour ces fillettes, avides de nouveaux horizons, la vie ne s’arrête désormais plus aux portes du camp.