Chypre : les réactions à l'échec des négociations

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Chypre : les réactions à l'échec des négociations

<p>Des négociations marathon en Suisse destinées à trouver une solution au conflit de Chypre vieux de plus de 40 ans, se sont soldées par un échec vendredi malgré les immenses efforts du patron de l’<span class="caps">ONU</span> Antonio Guterres. </p> <p>Les discussions ont notamment achoppé sur le retrait des troupes turques du nord de l‘île méditerranéenne ou le maintien d’un droit d’intervention par la Turquie, selon des sources diplomatiques. </p> <p>Les deux parties se sont renvoyé la responsabilité de l‘échec. </p> <p>Le porte-parole de la délégation chypriote-grecque, Nikos Christodoulides, a pointé du doigt “<em>l’insistance de la partie turque à maintenir le Traité des garanties, l’intervention turque à Chypre et la présence illégale des troupes turques sur l‘île</em>“. </p> <p>Le premier ministre turc Binali Yildirim a, lui, condamné l’absence d’”<em>attitude constructive</em>“ du camp adverse. </p> <p>De son côté, la diplomatie américaine s’est déclarée “déçue”, le département d’Etat assurant dans un communiqué que “<em>les Etats-Unis continueraient de soutenir les efforts en vue d’une réunification de l‘île</em>“. </p> <p>A Nicosie, des dizaines de Chypriotes grecs et turcs se sont rassemblés en fin d’après-midi dans la zone tampon de la capitale divisée pour appeler à poursuivre les efforts vers une réunification, selon des journalistes de l’<span class="caps">AFP</span>. </p> <p>“<em>Nous sommes extrêmement déçus car nous n’avions jamais été aussi proches</em>“ d’un accord, a estimé Kemal Baykalli, Chypriote turc de 42 ans, membre du mouvement citoyen “Unite Cyprus now”. “<em>Mais cela ne va pas nous arrêter. C’est seulement le début</em>“, a-t-il ajouté. </p> <p>De nombreux participants peinaient toutefois à dissimuler leur tristesse. “<em>C’est un sentiment de peine et de colère qui domine (…) Il nous faut une solution, car 50 ans de négociations, c’est beaucoup trop</em>“, a confié Tina Adamidou, une Chypriote grecque, les larmes aux yeux. </p> <p>L‘île de Chypre, qui compte un million d’habitants, est divisée depuis l’invasion en 1974 par l’armée turque de son tiers nord, en réaction à un coup d’Etat visant à rattacher le pays à la Grèce, qui avait inquiété la communauté chypriote-turque. Depuis, la République de Chypre, membre de l’Union européenne depuis 2004, n’exerce son autorité que sur la partie sud où vivent les Chypriotes-grecs. Dans le tiers nord occupé, habité par les Chypriotes-turcs, une République turque de Chypre du Nord (<span class="caps">RTCN</span>), reconnue uniquement par Ankara, a été autoproclamée. </p> <p><em>Avec agence (<span class="caps">AFP</span>)</em></p>