DERNIERE MINUTE

En RDC, la colère de l'opposition

Le principal mouvement d'opposition conteste le report de la présidentielle et des législatives

Vous lisez:

En RDC, la colère de l'opposition

Taille du texte Aa Aa

La colère gronde en République démocratique du Congo où le président de la Commission électorale a annoncé qu’il ne serait pas possible d’organiser les scrutins présidentiel et législatif avant la fin de l’année. Une décision que le principal mouvement d’opposition conteste vivement.

“Pour le Rassemblement, l’annonce faite par Corneille Nangaa est une véritable déclaration de guerre au peuple congolais”, a déclaré Baudouin Bwasa, porte-parole du Rassemblement de l’opposition. Il a appelé les Congolais à des “actions de résistance”.

Selon l’accord signé entre le pouvoir et l’opposition en décembre dernier, ces élections doivent se tenir avant la fin 2017. Mais la Commission électorale invoque des problèmes sécuritaires persistants – notamment dans la région du Kasaï en proie aux violences – qui risquent de perturber les scrutins. A Kinshasa, pourtant, beaucoup disent ne plus vouloir attendre.

“Nous voulons des élections pour mettre le pays sur les rails, martèle un résident de la capitale. C’est tout. Il faut qu’il y ait un autre président. On en a marre !”

A l’origine de la crise actuelle, la volonté du président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat, ce que la constitution lui interdit. Il est au pouvoir depuis 2001 et son mandat a expiré le 20 décembre dernier.