DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Voile : Francis Joyon bat, sans le vouloir, le record de la traversée de l’Atlantique

A 61 ans, le skipper français ajoute une nouvelle ligne à son très riche palmarès.

Vous lisez:

Voile : Francis Joyon bat, sans le vouloir, le record de la traversée de l’Atlantique

Taille du texte Aa Aa

Le sort vous réserve parfois de bonnes surprises. Sans préparation et objectif particulier, le skipper français Francis Joyon vient de battre le record de de la traversée de l’Atlantique Nord : un record qu’il détenait déjà. Ce 12 juillet, au matin, Il l’a amélioré de 49 minutes.

Francis Joyon avait décidé de ramener seul son bateau, le maxi catamaran Idec Sport, après avoir participé à la course en équipage The Bridge, entre Saint-Nazaire et New York. Il avait décroché la seconde place de la transat, derrière François Gabart et ses hommes sur Macif.


Le skipper avait donc pris la mer pour simplement rentrer chez lui à la Trinité-sur-Mer. Francis Joyon a acquis son bateau en 2015 et depuis, il n’a pratiquement pas eu l’occasion de naviguer en solitaire. Mais, les conditions ont fait que… Ainsi il a relié New York au cap Lizard, en Cornouailles au sud-ouest de l’Angleterre, en 5 jours, 2 heures et 7 minutes. Il avait établi son précédent record en 2013 au bord de son ancien bateau.

A 61 ans, Joyon ajoute une nouvelle ligne à son très riche palmarès. Son dernier exploit en date remonte au 26 janvier dernier. Il avait en effet battu le record du tour du monde en équipage (Trophée Jules Verne) en 40 jours, 23 heures et 30 minutes. Son bateau actuel, l’ancien Banque Populaire VII et Groupama 3, est un maxi cata de 31,50 mètres, lancé en 2006, surtout taillé pour les courses en équipage.

Un autre navigateur, qui a également participé à The Bridge, attend toujours de quitter New York. Après avoir franchi la ligne d’arrivée de la transat en troisième position sur Sodebo, Thomas Coville s‘était, lui, fixé depuis longtemps l’objectif de battre le record de la traversée de l’Atlantique Nord en solitaire. Dans l’attente de la parfaite fenêtre météo, et bien mieux préparé que Francis Joyon, Thomas Coville espère passer sous la barre des cinq jours.